Une femme porte plainte après une interpellation musclée

le
1

ORLEANS (Reuters) - La femme apparaissant au sol dans la vidéo d'une interpellation musclée, dimanche à Joué-les-Tours (Indre-et-Loire), va porter plainte contre le policier auteur de coups de matraque et de jets de gaz lacrymogène, a annoncé vendredi son avocate.

"La plainte est en cours de rédaction et la qualification qui semble pouvoir être retenue est celle de violence aggravée", a dit à Reuters Florence Carle, l'avocate de la plaignante.

Sur le film tourné par un vidéaste amateur et vu sur internet près de 2 millions de fois, on peut apercevoir un policier utilisant sa matraque et sa bombe lacrymogène contre une femme se trouvant à terre.

Mais le film incomplet empêche de comprendre le contexte précis de l'interpellation.

"La réaction du policier n'était ni nécessaire, ni proportionnée à la menace que représentait ma cliente", a indiqué l'avocate. "Le policier pouvait procéder autrement alors que ma cliente avait fait le choix de s'éloigner".

Les différents acteurs de cette scène ont été auditionné mercredi par l'inspection générale de la police nationale (IGPN, saisie d'une double enquête judiciaire et disciplinaire.

Si la femme apparaissant sur cette vidéo reconnaît avoir participé à "un repas festif", elle réfute toute alcoolisation excessive.

"Elle a mordu le policier une seule fois et dans un mauvais réflexe de défense alors qu'elle avait la respiration coupée et qu'elle avait déjà été frappée par le policier", a dit l'avocate.

D'après une source syndicale, le policier dit avoir été mordu trois fois par une femme fortement alcoolisée.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, ministre de l'intérieur, s'est exprimé sur cette affaire en début de semaine, réclamant toute la lumière sur les faits et affirmant qu'il n'acceptait pas les mots "honte à la police française" figurant en bas de l'image sur la vidéo.

Mourad Guichard, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5721895 le vendredi 23 aout 2013 à 13:40

    Oui quand même; ces flics. Il pourrait s'excuser d'avoir été mordu au lieu cogner.Et puis d'abord pourquoi contrôlent ils les gens bourrés au volant?Non, tous en tôle les flics. Plus de contrôle, plus de delinquance