Une Femen manifeste seins nus contre Erdogan dans un aéroport d'Istanbul

le
0
Une Femen manifeste seins nus contre Erdogan dans un aéroport d'Istanbul
Une Femen manifeste seins nus contre Erdogan dans un aéroport d'Istanbul

Une militante du groupe féministe Femen a manifesté vendredi seins nus dans un aéroport d'Istanbul pour dénoncer la répression des récentes manifestations antigouvernementales en Turquie.

Vêtue d'un mini-short et portant des talons hauts, la jeune femme, qui sortait d'un avion en provenance de la capitale Ankara, s'est dévêtue dans le hall d'arrivée de l'aéroport Sabiha Gökçen, sur la rive anatolienne d'Istanbul et a exhibé une pancarte en forme de billet d'avion marqué «Erdogan, Istanbul-Kaboul».

Devant les usagers de l'aérogare, la militante, prénommée Sarah, a crié en anglais «Istanbul - Kaboul pour Erdogan, libérez la Turquie» pendant plusieurs minutes, avant d'être interpellée par deux policiers en civil et une de leurs collègues en uniforme.

«Ne trahissez pas les idéaux de la révolution humaniste qui a débuté à Taksim !»

Les Femen «prient instamment, et avec amour, le peuple turc de ne pas plier face à la répression de Erdogan et de sa police», a commenté le mouvement féministe dans un communiqué, «ne trahissez pas les idéaux de la révolution humaniste qui a débuté à Taksim !»

La Turquie a été agitée le mois dernier par une vague de contestation politique inédite depuis l'arrivée au pouvoir de l'actuel gouvernement islamo-conservateur en 2002. Parti d'une mobilisation contre la destruction d'un parc proche de la place Taksim d'Istanbul, sévèrement réprimée par la police, le mouvement s'est mué en fronde contre Recep Tayyip Erdogan, accusé de dérive autoritaire et de vouloir «islamiser» la société turque.

Plus de 2,5 millions de personnes sont descendues dans la rue pendant les trois premières semaines de juin, selon des estimations de la police. Ces manifestations ont fait quatre morts et quelques 8000 blessés, selon l'association des médecins turcs, et plusieurs centaines de personne sont été interpellées. La répression de ce mouvement a valu à Ankara de nombreuses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant