Une Fed asymétrique... ou complètement tordue

le
1
Le siège de la Fed. (© Fed)
Le siège de la Fed. (© Fed)

Il n’y a pas si longtemps, la Fed soutenait qu’il n’y avait pas vraiment d’obstacle à l’assouplissement de sa politique (QE, forward guidance). Aujourd’hui, elle dit n’avoir pas les moyens de réagir si l’économie s’affaiblit, ce qui est reconnaitre que la limite des taux zéro est une contrainte réelle.

Pourquoi ce changement, la Fed ne le dit pas. En somme, tout est bon pour justifier ex post ce qu’elle fait. On attend plutôt d’une banque centrale qu’elle dise ce qu’est sa fonction de réaction. Cela permet d’ancrer et de piloter les anticipations du marché sur le moyen terme. Abandonnant toute règle, la Fed est redevenue discrétionnaire.

Les taux directeurs resteront inchangés dans leur fourchette 0,25-0,50% à la prochaine réunion du FOMC. Il y a unanimité sur ce point, ce qui est étonnant au vu de l’évolution des marchés depuis la réunion du 16 mars. L’indice S&P500 a gagné 4%, l’indice dollar en a perdu près de 3%.

Que la Fed soit prudente quand les conditions financières se durcissent, on le comprend, mais pourquoi l’être quand ces conditions se détendent ?

Il y a là une asymétrie

Asymétrie, tel est le nouveau concept-clé pour la Fed. Le discours de Janet Yellen, le 29 mars, le mentionne explicitement. D’un côté, si la croissance et l’inflation faiblissent, dit-elle, la Fed n’aurait que peu de moyens pour y répondre. A l’opposé, si

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • alchris le vendredi 29 avr 2016 à 09:55

    La FED anticipe un krach important et incontrolable. Comme elle ne pourra rien faire, elle essaye de gerer tant bien que mal en esperant que cela ne se produise pas.