Une expédition à la recherche d'espèces inconnues

le
0
Composée de 200 scientifiques, l?expédition explorera aussi bien les tréfonds marins que les forêts d'altitude en vue de mettre au jour une biodiversité préjugée exceptionnelle.
Composée de 200 scientifiques, l?expédition explorera aussi bien les tréfonds marins que les forêts d'altitude en vue de mettre au jour une biodiversité préjugée exceptionnelle.

Une équipe internationale de chercheurs partira le mois prochain à la recherche d'espèces non recensées.



Durant trois mois, des spécialistes venus de tous horizons exploreront la Papouasie-Nouvelle-Guinée pour tenter d'identifier des espèces actuellement inconnues. « Nous sommes la première génération à avoir pris conscience d'un fait majeur: voilà des siècles que les hommes sillonnent le monde et paradoxalement, seules deux millions des dix, vingt ou peut-être trente millions d'espèces existantes nous sont connues », a commenté le directeur général du Muséum national d'Histoire Naturelle (MNHN) Thomas Grenon, interrogé par nos confrères de l'AFP.


Alors que la communauté scientifique s'est inquiétée de la troublante disparition d'espèces de grenouilles asiatiques non identifiées au début du mois lors d'une réunion internationale de l'UICN (Union internationale de la conservation de la nature), cette expédition qui s'inscrit dans le cadre du programme d'expédition naturaliste « La Planète revisitée », lequel a débuté en 2006 avec l'exploration de l'île d'Espiritu Sanro, dans l'archipel du Vanuatu, et s'est poursuivi au Mozambique et à Madagascar en 2009 et 2010, a pour but de recenser un maximum d'espèces avant qu'elles ne soient éteintes.



Tribulation pour la protection de l'environnement


« Avec Bornéo, la Papouasie-Nouvelle-Guinée est l'un des seuls endroits au monde où l'on trouve une telle accumulation d'espèces, à la fois sur terre et dans les mers », assure Philippe Bouchet (MNHN), responsable du volet marin de la mission, également cité par l'AFP. Connu comme étant un vivier important de nouvelles espèces, le pays accueillera près de 200 personnes provenant, outre du Museum, de l'ONG Pro-Natura International et de l'Institut de recherche pour le développement (IRD), qui mèneront de concert des investigations approfondies sur les différentes espèces.


Les recherches sur la biodiversité de l'île et l'approfondissement de sa relation avec l'écosystème qui l'entoure permettront de mieux appréhender les besoins nécessaires à la protection de certaines espèces menacées. Les périples antérieurs ont déjà mis au jour une centaine d'espèces inconnues. Espérons autant de succès pour la prochaine.


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant