Une étude tend à démontrer le danger des OGM

le
0
L?étude dirigée par le professeur Gilles-Eric Séralini a révélé une surmortalité des rats ayant ingéré du maïs OGM de Monsanto.
L?étude dirigée par le professeur Gilles-Eric Séralini a révélé une surmortalité des rats ayant ingéré du maïs OGM de Monsanto.
La très sérieuse revue américaine Food and Chemical Toxicology a publié hier une étude qui pourrait avoir d'immenses répercussions.

Dirigée par le chercheur Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'Université de Caen (Calvados) et président du conseil scientifique du CRIIGEN (Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie scientifique), elle a duré deux ans. Deux années au cours desquels deux cents rats ont été nourris au maïs OGM NK 603 de Monsanto, résistant à l'herbicide Roundup, également commercialisé par la multinationale américaine.
Englobant une centaine de paramètres, cette vaste expertise a évalué les impacts sanitaires d'un OGM et d'un pesticide « plus longuement et complètement que les agences sanitaires, les gouvernements, les industriels et d'autres chercheurs ne l'ont jamais fait », a souligné le Comité, qui fait état de « mortalités plus rapides et plus fortes au cours de la consommation de chacun des deux produits ».
Reprises notamment par nos confrères du site Internet Actu-environnement.com, ces conclusions ont aussi révélé que « les femelles développent des tumeurs mammaires importantes et en grand nombre ainsi que des perturbations hypophysaires et rénales ; tandis que les mâles présentent des atteintes hépato-rénales chroniques sévères ». « Les implications sont gigantesques », résume le CRIIGEN, qui vient donc de jeter un gros pavé dans
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant