Une étude passe au crible les CGPI en 2009

le
0
(NEWSManagers.com) - Dresser un panorama complet de la profession des Conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI), apporter un éclairage sur leurs relations avec leurs principaux partenaires - sociétés de gestion, plates-formes, compagnies d' assurances-vie -, établir un bilan sur leur situation pendant et après la crise?. Tels ont été les objectifs de la troisième édition de l'étude de l'Agefi sur les CGPI, réalisée entre le 10 et le 24 novembre 2009, à partir d'un questionnaire adressé à 2 439 professionnels, auquel 137 d'entre eux ont répondu.
Selon l'étude, qui prend la forme d'un baromètre, il ressort notamment qu'en dépit d'un niveau de collecte financière en forte baisse en 2009 - 42% des personnes interrogées ont collecté moins d' un million d' euros ? et d'une diminution de 12 points par exemple pour les encours compris entre 6 et 50 millions d' euros, les CGPI ont augmenté leur facturation d' honoraires : 77% d' entre eux ont ainsi déclaré en avoir perçu pour des conseils adressés à leurs clients (à l' acte et annuels pour la plupart). De fait, si il ne s'agit pas, et de loin, de la source principale de leurs revenus, les honoraires sont un mode de rémunération de plus en plus pratiqué par les CGPI.
Autre enseignement portant cette fois sur les produits préconisés : l'assurance vie est plébiscitée par les conseillers tandis que les comptes-titres enregistrent une forte baisse (-9 points). Les fonds actions classiques ont été logiquement les plus affectés par la crise (de 62% en 2008, leur part est passée à 42% en 2009). Avec, dans le détail, des fonds actions marchés émergents et des fonds investis sur la zone euro qui restent en première position.
Enfin, derrière les fonds en euros des contrats d'assurance vie - en hausse de dix points - les fonds flexibles ont la cote. 45% des CGPI les ont préconisés en 2009, en grande partie en raison de la pertinence de l' allocation d' actifs pour la moitié d' entre eux.
On notera également qu'en matière de partenariat, les CGPI ont beaucoup moins travaillé avec les plates-formes en 2009. Précisément, ils ont été 20 % à déclarer ne pas avoir travailler avec elles contre 11 % l'année précédente - sachant que la qualité du back-office des plates-formes en question reste le critère de choix essentiel (89 %).
Dans un genre différent, on apprend aussi que les relations entre CGPI et sociétés de gestion se sont légèrement dégradées. En 2008, ils étaient par exemple 35 % à qualifier leurs relations de très bonnes avec ces établissements alors qu'ils n'étaient plus que 18 % l'an dernier...
Outre les principaux résultats de l'étude figurant dans une première partie du rapport, une seconde partie reprend les résultats détaillés de l'enquête permettant d'appréhender plus finement encore - à l'aide notamment d'une série de graphiques - l'évolution de la profession au travers des différents points abordés.


Rapport d'étude : " CGPI : les professionnels passés au crible" ; Audrey Jannucci (01 53 00 26 42)
100 pages / 2 800 euros HT (offre de lancement)

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant