Une équipe programmée pour surprendre en 2017 ?

le
0

Un an et demi après son arrivée sur le banc de Lorient, Sylvain Ripoll continue de bâtir une équipe joueuse, solide et surtout très complète. Encore classés dans le ventre mou cette saison, les Merlus pourraient bien être la surprise de la prochaine saison.

Alors bien sûr, Lorient n’est que douzième et ne compte que six points d’avance sur la zone rouge. Sur le papier, pas de quoi s’enflammer. Mais sans un Steve Mandanda stratosphérique samedi après-midi au Moustoir (1-1, 30eme journée de Ligue 1), les Merlus possèderaient deux points de plus au compteur et pointeraient à une séduisante huitième place. Car contre Marseille, les hommes de Sylvain Ripoll n’ont eu de cesse de lancer des assauts sur le but du gardien remplaçant de l’équipe de France. Joueuse, c’est l’une des caractéristiques de cette équipe lorientaise à la construction tournée vers l’offensive. Samedi, dans son 4-4-2 habituel, le successeur de Christian Gourcuff avait ainsi aligné quatre joueurs délestés de tout travail défensif (Cabot, Barthelmé, Waris et Jeannot).

Négocier le départ annoncé de Guerreiro

A cette ambition dans le jeu, Lorient tente depuis quelques mois d’associer une solidité défensive encore perfectible. Mais l’arrivée de Lindsey Rose peut clairement aider la formation bretonne à franchir un cap. Ce cap, c’est la saison prochaine qu’il pourrait être franchi. Habitués à jouer le maintien ou à végéter en milieu de tableau, les Merlus pourraient être la belle surprise de l’exercice 2016-17 s’ils parvenaient à conserver un effectif à peu près similaire. Hormis Raphaël Guerreiro, dont le départ semble cette fois inéluctable, il y a fort à parier que le club du président Féry réussira à limiter la casse. Mieux, avec le joli chèque attendu pour débaucher le Portugais, Lorient pourra envisager de se renforcer. Intelligemment, comme toujours au FCL. Car le recrutement malin, marque de fabrique de Christian Gourcuff pendant des années, a été perpétué par Sylvain Ripoll.

Mesloub, Cabot, Waris… Un recrutement réfléchi

Depuis l’été 2014, Didier Ndong, Walid Mesloub, Romain Philippoteaux, Jimmy Cabot, Majeed Waris, Benjamin Moukandjo et Benjamin Jeannot ont posé leurs valises en Bretagne. Ajoutez à cela des promotions en interne, comme celle de Maxime Barthelmé, et surtout Benjamin Lecomte, installé comme numéro un par Sylvain Ripoll, et vous obtenez une équipe extrêmement complète et compétitive. Samedi après-midi, le capitaine Yann Jouffre, de retour de blessure, a ainsi débuté sur le banc, tout comme Romain Philippoteaux ou François Bellugou, deux joueurs souvent titulaires en première partie de saison, tandis que Benjamin Moukandjo est toujours à l’infirmerie. Dans ce recrutement pensé, l’entraîneur lorientais a mélangé les genres avec des éléments d’expérience comme Mesloub, des jeunes prometteurs comme Cabot et Ndong, et des joueurs confirmés pour lesquels le club n’a pas hésité à sortir le chéquier, comme Waris.

Un duo d’attaquants envié

Peu de clubs en Ligue 1 peuvent se targuer de posséder un duo d’attaquants de la qualité de Majeed Waris et Benjamin Moukandjo cette saison. Sur le papier, seuls le PSG, Lyon, Rennes et peut-être Marseille n’ont rien à envier aux Merlus dans ce secteur de jeu. Avec 20 buts, le duo lorientais est la troisième paire la plus efficace cette saison, derrière Ibrahimovic et Cavani (35) et le duo Ben Arfa-Germain à Nice (21). Flatteur. Parti pour assurer tranquillement son maintien dans les prochaines semaines, Lorient aura une belle demi-finale de Coupe de France à jouer le mois prochain, face au Paris Saint-Germain. Une manière d’engranger toujours plus d’expérience pour la jeune formation bretonne, dont on fait le pari qu’elle pourrait être la belle surprise de la saison prochaine. 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant