Une entreprise toulousaine accusée de trafic d'armes avec l'Iran

le
0
Les responsables d'Aerotechnic dénoncent une «manipulation organisée».

Les Américains ne plaisantent pas avec le trafic d'armes à destination de l'Iran. Depuis plusieurs semaines, ils ont dans le viseur une entreprise de la région toulousaine. D'après le ministère de la Justice américain, Aerotechnic France, spécialisée dans le stockage et la revente de pièces détachées pour les aéronefs civils, est accusée de s'être «illégalement procurée aux États-Unis des pièces destinées aux hélicoptères d'assaut et aux chasseurs F-5, et de les avoir envoyées en Iran».

Selon le porte-parole du ministère, l'entreprise, installée à Pinsaguel (Haute-Garonne), violerait «la législation sur le contrôle de l'exportation d'armes et des réglementations des transactions avec l'Iran». Ce serait un «complot pour escroquer les États-Unis», ajoute-t-il.

«Un commerce autorisé et encadré»

À Pinsaguel, au siège de l'entreprise qui compte 25 salariés, le PDG Philippe Sanchez se dit «totalement stupéfait» par cette annonce. Il dément «ave

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant