Une entreprise française accusée de vendre des objets de torture

le
0
La société MagForce a été exclue de la Foire internationale des équipements de défense de Londres pour y avoir présenté des menottes de chevilles et des matraques électriques.

Une entreprise française accusée de commercialiser des intruments de torture en Angleterre: voilà qui n'est pas du meilleur effet. La société MagForce, de même que l'entreprise chinoise Tian Jin MyWay International Trading, ont été exclues jeudi du Salon international DSEI à Londres, qui expose des équipements de défense et de sécurité, pour y avoir proposé des menottes pour chevilles et des matraques électriques dans leurs catalogues. Autant d'objets que l'Angleterre considère comme des instruments de torture, et dont la vente est donc interdite sur son territoire.

La société française se défend pourtant d'avoir eu l'intention d'enfreindre la loi britannique, et souligne que ces produits sont tout à fait légaux en France. «Notre catalogue avait été présenté dans divers salons en ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant