Une entreprise en bonne santé licencie !

le
18
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Les jours passent et les plans sociaux se succèdent. Certains sont incompréhensibles... Prenez par exemple l'entreprise Boehringer Ingelheim, 13e laboratoire pharmaceutique mondial, dont le chiffre d'affaires de 14,7 milliards d'euros - dont plus d'un milliard grâce au Pradaxa, son anticoagulant vedette - a progressé de 12,5 % en 2012. Sa filiale française se porte comme un charme.

Fin septembre son CA cumulé atteignait 312,1 millions. Il progressait de 4,3 % sur un an. Et pourtant, ce groupe allemand met en place un plan de sauvetage de l'emploi susceptible d'entraîner 377 suppressions d'emploi ! Dans le viseur de la direction, les délégués à l'information médicale, leur encadrement et une partie des services support localisés à Reims et Paris.Deux sites de production fermés en cinq ansUne vague de licenciements d'autant plus inattendue que la multitude des scandales et des inquiétudes sanitaires qui occupent les gros titres de la presse nécessitent quantité d'explications tant auprès des médecins que des patients. Cette mesure consacre le rétrécissement de la branche française de Boehringer Ingelheim.

Depuis 2008, la société n'a cessé de réduire comme peau de chagrin ses activités françaises. Deux sites de production ont été revendus ou fermés en cinq ans. Mise devant le fait accomplie, l'intersyndicale réclame des conditions de départ décente pour les salariés sacrifiés et s'interroge sur la légitimité de licenciements...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244933 le mardi 26 nov 2013 à 13:48

    Un exemple type d'un soi-disant journaliste qui a plus étudié l'idéologie que l'économie. Qui reprend le slogan populiste qui veut qu'une boîte crève avant de pouvoir licencier. Au lieu de se demander pourquoi les entreprises quittent en masse ce beau pays qu'est la France.

  • phil1050 le mardi 26 nov 2013 à 13:15

    normal... cela s'appelle la reduction d'exposition au facteur social. Comment peut-on imaginer que les entreprises acceptent la folie gouvernementale et syndicale... les capitaux sont fluides. Tant mieux!

  • jim030 le mardi 26 nov 2013 à 10:33

    logiciel cé aussi, invention occidento, d'abord faire croire cé bon pour humanité, bientot devenir un moyen controler les humains, et rendre le pourvoir à un maitre. suposons, un jour arrive dans la main un seul homme, et ke vous etes tous implanter un puce et ke ce puce pourra vous rendre malade ou mal, voilà tous est réglé. comme récemment NSA, vous étonnez? bah, non, moi, je sais déjà, il y a forcement kelk'1 fait. paceke on offre la possibilité d'en faire.

  • motz le mardi 26 nov 2013 à 10:29

    Mais ça n'a rien à voir. l'entreprise se doit d'allouer ses ressources (qui sont précieuses) là où sont ses marchés ...ses axes de développement. Pour lire des choses aussi "anti business" il faut ouvrir Boursorama. Ah et bien bravo

  • jim030 le mardi 26 nov 2013 à 10:22

    pierry5, cé invention occidento ki va tuer humanité. commence par la culture, on veut forcé les gens devenir comme occidento, forcé à adaopter et croiyer leur religion. une fois uniforme, on leur propose de consommer occideto, comme remplir pleine pognons. ainsi même diversité disparaitront. et outiller industrie pour répondre à la demande. tous humain de ce planète ressemble tous, et consomme meme facon, etc.. cé la fin de humain. occidento cé diable et satan, sont venu pour détruire humanité.

  • pierry5 le mardi 26 nov 2013 à 10:02

    Nous sommes entré dans un cycle d'informatisation, d'automation et de robotisation à l'extrème. Les entités des gros groupes commencent à avoir trop de personnel et ce sont lesdites entités les plus faibles, plus chères, plus taxées qui trinquent. Ca s'appelle la 4R ( 4ème révolution industrielle ) et ce n'est pas fini.

  • gstorti le mardi 26 nov 2013 à 09:47

    Pourquoi dans notre beau pays, la ou partout ailleurs le chômage recule, on licencie. Pourquoi dans notre beau pays, la ou tout les étrangers veulent s'installer ( et pas seulement les pauvres africains) les français, eux partent ou veulent partir?

  • xuoraf le mardi 26 nov 2013 à 09:36

    Pourquoi les entreprises étrangères licencient-elles dans leurs filiales françaises quand elles ne les ferment pas carrément? la réponse est simple le coût du travail est trop cher chez nous, les entreprises sont ponctionnées. De plus une entreprise ne vit pas au jour le jour, il y a évolutions tant techniques que commerciales. Gouverner c'est prévoir et prévoir c'est parfois prendre des décisions pénibles mais salutaires.

  • n00b1 le mardi 26 nov 2013 à 09:32

    que depuis 2008, la boite a revendu ou fermé deux sites en cinq ans ???Si la boite ne faisait que licencier depuis 2008 alors ce n'est pas incompréhensible mais plutot dans la vision du groupe de continuer sur sa lancée ???

  • n00b1 le mardi 26 nov 2013 à 09:31

    Article complètement contradictoire ...Le titre parle du fait que certains licenciements sont incompréhensibles .... Puis ils disent