Une église 100% végétale, pleine de sérénité

le
0

VIDÉO - À l’occasion de la fête de l’Assomption, Le Figaro immobilier vous fait découvrir un lieu de culte surprenant en Nouvelle-Zélande. Une chapelle vivante, créée par un passionné de botanique.

Décidément, ils savent y faire ces Néo-Zélandais lorsqu’il s’agit de créer des lieux magiques dans un superbe cadre naturel. Le pays célèbre pour ses grands espaces ayant notamment servi de décor à la trilogie du Seigneur des anneaux, recèle également des trésors plus intimistes. C’est notamment le cas de cette émouvante chapelle, installée dans la région de Cambridge (voir la carte ci-dessous) par Barry Cox, il y a quelques années.

Le bâtisseur a su allier dans cette réalisation deux de ses passions: l’architecture religieuse classique qu’il a étudiée et admirée lors de ses voyages en Europe et la botanique qu’il pratique dans son métier de paysagiste. Celui qui avoue avoir rêvé de devenir pape dans son enfance, cherchait à installer dans le jardin de sa vaste propriété une chapelle. Et pour créer ce lieu où il voulait pouvoir se retirer de la société, il a finalement choisi de délaisser les pierres, préférant opter pour des arbres bien vivants.

La structure de métal ne sert qu’à soutenir les arbres le temps qu’ils grossissent assez pour pouvoir se passer d’un tuteur. Un savant mélange d’aulne pour le toit, d’arbre à thé pour les murs associé à des camélias, des thuyas et des érables boules a été utilisé pour donner ce résultat. Au bout de 4 ans, la chapelle a assez «poussé» pour prendre ce bel aspect.

C’est ainsi que ce lieu qui devait initialement rester privé est devenu accessible au public face aux demandes insistantes des voisins et des curieux. Mais le propriétaire des lieux qui vit de sa passion du végétal avec son entreprise de sauvetage et transplantation de grands arbres n’a pas oublié le sens des affaires: compter 6 euros par personne pour l’entrée et jusqu’à 2000 euros pour privatiser l‘endroit en haute saison (voir ici). Et pour ceux qui voudraient visiter cette chapelle pouvant accueillir jusqu’à 100 personnes, il faudra se montrer patient. L’endroit est fermé durant l’hiver (il se trouve dans l’hémisphère sud) et ne rouvrira que le‘ octobre.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant