Une école sur cinq passe à la semaine de 4,5 jours, selon un syndicat

le
0
Une école sur cinq passe à la semaine de 4,5 jours, selon un syndicat
Une école sur cinq passe à la semaine de 4,5 jours, selon un syndicat

C'est peu de dire que le passage à la semaine de 4,5 jours dans les écoles primaires se fait en ordre dispersé... Selon un premier bilan fait ce mardi par le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, seuls 22,3% des élèves, 20% des écoles et 18,6% des communes sont concernés pour cette rentrée. Les autres devront adopter cette réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014, malgré l'absence d'unanimité : selon une étude* Harris interactive pour le SNUipp-FSU, 49% des Français estiment qu'il s'agit d'une bonne chose et 47% pensent l'inverse.

Dans 43% des écoles concernées dès cette rentrée, les élèves finiront les cours à 15h45 quatre jours par semaine et auront trois heures de cours le mercredi matin. Dans 10% des écoles, à Paris notamment, les cours se termineront à 16h30 deux jours par semaine et à 15h deux autres jours, plus trois heures le mercredi matin. Seules 28 écoles feront cours le samedi matin.

Activités périscolaires : «de véritables inégalités» selon le SNUipp-FSU

«L'heure n'est pas encore au bilan qualitatif, il faudra laisser le temps de mise en oeuvre», a commenté Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU lors d'une conférence de presse, pointant toutefois du doigt «l'extrême diversité voire de véritables inégalités sur l'offre périscolaire en termes de contenu, d'encadrement des élèves et de coût pour les familles».

Les activités seront tantôt gratuites ou payantes, tenant compte ou pas du quotient familial, par soir, ou bien sur forfait... Certains pairont ainsi 0,10 euro par soir et par enfant, d'autres un euro par soir, ou bien 30 euros maximum par an... Dans certaines communes, a-t-il poursuivi, les activités se réduisent à «de la garderie», quand d'autres proposeront judo, cuisine, astronomie...

Moins de personnes favorables qu'il y a un an

Les partisans de la mesure soulignent les bénéfices d'un rythme de travail mieux réparti au cours de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant