Une école privée pour le droit

le
0
« Head » ne pourra pas délivrer de diplôme d'État.

C'est une tentative iné­dite dans le paysage éducatif français. Initiée par des avocats, une école de droit privée va ouvrir ses portes en septembre. Non sans quelques obstacles. Car «HEAD», pour «Hautes Études appliquées au droit», suscite la polémique à l'université et au-delà, sur fond d'affrontement public-privé.

Le droit mène à tout, notamment à la carrière d'avocat, et l'université entend conserver son monopole de délivrance des diplômes. Le point de crispation tient aussi aux frais de scolarité de HEAD: 6.000 ¤ en première année, 12.000 en deuxième et en dernière années, le tarif d'universités américaines partenaires... Des montants à mettre en parallèle avec les 245 euros annuels demandés en master universitaire.

«Notre fonds de dotation, alimenté par des avocats, patrons de sociétés de gestion et de fonds, permettra de financer des bourses, explique Jean-Philippe Lambert, l'un des initiateurs du projet, associé au sein du cab

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant