« Une dynamique puissante est enclenchée »

le
0
« Une dynamique puissante est enclenchée »
« Une dynamique puissante est enclenchée »

Même dans leurs rêves les plus fous, les fillonistes n'y croyaient pas. François Fillon dominant largement le premier tour hier en fin de soirée avec plus de 40 % des voix ? Aucun d'eux ne l'avait imaginé. Quatre jours auparavant, en dépit du frémissement des sondages et de sa bonne prestation durant le dernier débat, Fillon avait répété la consigne à ses proches : garder la tête froide. C'est dans une brasserie bien trop exiguë, boulevard Saint-Germain, que les militants fillonistes se sont retrouvés hier soir. En petit nombre tout d'abord, beaucoup n'ayant pas programmé de venir faire la fête en masse. Bien que Fillon ait toujours martelé sa certitude d'être au second tour comme un mantra, ses soutiens, eux, ont connu de sérieuses phases de doutes, jusque dans les rangs parlementaires.

Hier soir, parmi les premiers arrivés au QG du candidat il y a peu de personnalités : Hervé Novelli donne des interviews sur le trottoir en se félicitant de la belle accélération de fin de campagne. Gérard Larcher, président du Sénat, ne s'attarde pas et Patrick Stefanini, directeur de campagne de Fillon, prédit que « la nuit sera longue ».

Peu après 20 heures, ils ne sont qu'une poignée de sympathisants présents sous la pluie, suspendus à leur portable, comme Claude et Josiane. Ces Savoyards sont branchés sur les sites Internet suisses qui ont déjà donné la tendance : Fillon suivi de Juppé, Sarkozy éliminé. « C'est une belle histoire qui commence pour Fillon. Je pense que les attaques de Sarkozy contre Juppé et ses liens avec Bayrou ont beaucoup déplu et déplacé des voix vers Fillon dont le projet est resté constamment positif et constructif », se félicite Claude. Le couple a hésité jusque dans le bureau de vote entre le Sarthois et le maire de Bordeaux. Leur décision ne s'est pas forgée sur les programmes : « On ne sait même pas ce qui les distingue. C'est une sensation, un choix de la personnalité, de l'homme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant