Une délégation musulmane à Auschwitz

le
0
REPORTAGE - D'éminentes personnalités venues du monde entier se sont rendues mercredi dans l'ancien camp de la mort.

On croit connaître Auschwitz. La Shoah. Puis voilà le portail, les baraques alignées en brique, presque tranquilles sous le soleil glacé de la Pologne. La mort bouillonne ailleurs. «Si vous pouviez ouvrir ma tête: tout y est intact, l'odeur, les cris, les corps décharnés couverts de plaies», lance Ginette Kolinka, rescapée. «Ne vous fiez pas à ce décor. Il n'y avait pas d'herbe, nous l'aurions mangée. Ce n'est pas le camp que j'ai connu.» Autour d'elle, des personnalités marocaines, égyptiennes, palestiniennes, irakiennes écoutent, mutiques, glacées.

Pour la première fois, mardi, une délégation exceptionnelle, composée de ministres, de maires, d'universitaires, de religieux, venus du monde arabe, de l'Afrique, de la Turquie, de l'Orient a visité le camp d'extermination. Ils étaient invités par des Français, réunis dans le projet Aladin et aidés par l'Unesco. Ces idéalistes tentent de réconcilier deux mondes qui se sont côtoyés durant des siècles au Mag

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant