Une délégation du Conseil de sécurité au Mali pour soutenir la paix

le
0
    TOMBOUCTOU, Mali, 5 mars (Reuters) - Une délégation du 
Conseil de sécurité des Nations unies s'est rendue samedi dans 
le nord du Mali pour insister sur la mise en oeuvre du fragile 
accord censé rétablir la paix et permettre au gouvernement de 
combattre la menace posée par les islamistes armés. 
    Avec l'application de l'accord de paix, la population pourra 
bénéficier des dividendes de la paix, a déclaré l'ambassadeur de 
France à l'Onu, François Delattre, lors de ce déplacement qui a 
conduit les diplomates à Tombouctou et Mopti. 
    "Nous sommes résolument à vos côtés. La priorité va à la 
mise en oeuvre de l'accord de paix", a-t-il insisté. 
    Cet accord soutenu par les Nations unies a été signé l'an 
dernier par le gouvernement, les rebelles touaregs qui réclament 
plus d'autonomie dans le nord et les milices pro-Bamako. 
    Mais les observateurs jugent que la confiance s'érode 
rapidement entre le gouvernement malien et la Coordination des 
mouvements de l'Azawad (CMA), l'alliance des rebelles touaregs, 
fragilisant les initiatives de paix sur le terrain. 
    Les deux parties se sont mutuellement accusées de bloquer la 
mise en oeuvre de l'accord. 
    En finir avec les rébellions touaregs à répétition dans le 
Nord est pourtant considéré comme une clef dans la lutte contre 
les groupes islamistes armés qui menaçaient de marcher sur 
Bamako en janvier 2013 et n'ont été stoppés que par 
l'intervention des soldats français de l'opération Serval puis 
le déploiement d'une force de maintien de la paix de l'Onu. 
    Mais l'attaque menée fin novembre contre l'hôtel Radisson 
Blu de Bamako, imitée deux mois plus tard à Ouagadougou, la 
capitale du Burkina Faso, a démontré que les capacités 
opérationnelles des islamistes armés s'étaient de nouveau 
accrues. 
    Les membres du Conseil de sécurité, qui ont rencontré samedi 
des représentants des autorités locales, de la société civile et 
du monde religieux, sont attendus dimanche à Bamako. 
 
 (Adama Diarra; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant