Une cyberattaque aurait visé les discussions sur le nucléaire iranien

le , mis à jour à 17:28
0

GENEVE, 10 juin (Reuters) - Un piratage informatique a visé trois hôtels de luxe européens où se sont tenues des discussions internationales entre l'Iran et le groupe P5+1 sur le programme nucléaire de Téhéran, affirme mercredi Kaspersky Lab, un développeur de logiciels de sécurité informatique basé à Moscou. Selon le Wall Street Journal, le virus qui a probablement servi à mener ces intrusions aurait déjà été utilisé dans le passé par des espions israéliens. Kaspersky Lab précise s'être intéressé à cette "cyberintrusion" après avoir détecté le virus "Duqu 2.0" dans ses propres systèmes, au début du printemps. D'autres cibles de ce virus ont été recensées dans des pays d'Europe, au Proche-Orient et en Asie, ajoute la compagnie russe dans un courriel. "Certaines des nouvelles infections constatées en 2014-2015 sont liées à des événements et à des sites en rapport avec les négociations du P5+1 et de l'Iran sur un accord nucléaire", précise Kaspersky. Le P5+1 réunit les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la France, la Grande-Bretagne, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, et l'Allemagne. Les discussions sur le nucléaire iranien se sont tenues à Genève, à Lausanne, à Montreux, à Munich et à Vienne. En février, Washington a accusé Israël de se servir de "fuites" au cours des pourparlers afin de donner de fausses interprétations de la position des Etats-Unis dans ces discussions. Selon Kaspersky, "Duqu" a déjà servi à une cyberattaque en 2011, montrant des similarités avec Stuxnet, un "ver" informatique qui a en partie saboté le programme nucléaire iranien en 2009-2010 en détruisant un millier de centrifugeuses servant à produire de l'uranium enrichi. Une autre attaque imputable à "Duqu", ajoute Kaspersky, est liée aux cérémonies du 70e anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau, en janvier de cette année. Plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement étaient présents. (Tom Miles à Genève, Eric Auchard à Berlin et Dan Williams à Jérusalem; Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant