Une convention européenne contre les matchs truqués

le
0
UNE CONVENTION EUROPÉENNE CONTRE LES MATCHS TRUQUÉS
UNE CONVENTION EUROPÉENNE CONTRE LES MATCHS TRUQUÉS

STRASBOURG (Reuters) - Le Conseil de l'Europe a adopté mercredi à Strasbourg le premier traité international contre la manipulation des compétitions sportives par le biais ou non des paris sportifs.

Cette convention sera ouverte à la signature de tous les pays à partir du 18 septembre et entrera en vigueur après cinq ratifications, dont celle d'au moins trois Etats membres du Conseil de l'Europe.

"Ce nouvel accord international représente une avancée majeure pour la sauvegarde de l'intégrité du sport et l'éthique sportive", a déclaré dans un communiqué le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland.

La convention invite les Etats à ériger en infraction pénale et à punir de sanctions "dissuasives" la manipulation des compétitions sportives et toute complicité qui l'aurait permise.

Ils devront mettre en place une autorité de régulation des paris sportifs et obliger les opérateurs à signaler tout pari "suspect ou atypique ".

Des moyens de paiement garantissant une traçabilité devront être imposés aux parieurs à partir d'un certain montant.

La convention invite aussi les organisations sportives à se doter de règles de "bonne gouvernance", interdire aux sportifs de parier sur les compétitions auxquelles ils participent ou leur imposer de signaler tout incident suspect.

Forme de criminalité particulièrement développée en Asie, selon les experts, le truquage des compétitions est en plein développement en Europe sous l'effet de la libéralisation du marché des paris sportifs et de l'utilisation d'internet.

Les organisations criminelles blanchissent chaque année 140 milliards de dollars (102 milliards d'euros) dans les paris sportifs à l'échelle mondiale, selon un rapport du Centre international pour la sécurité du sport et de l'Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

En France, la Ligue de football professionnelle a fait savoir le 23 juin que 87 joueurs de Ligue 1, Ligue 2 et National seraient convoqués devant la commission de discipline pour avoir parié sur des compétitions de la LFP, ce qu'interdit une loi du 1er février 2012.

(Gilbert Reilhac, édité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant