Une console de jeu des années 80 revient à la vie grâce aux fans

le
0
Une console de jeu des années 80 revient à la vie grâce aux fans
Une console de jeu des années 80 revient à la vie grâce aux fans

Près de 33 ans après son lancement au Royaume-Uni, le ZX Spectrum, ancêtre des consoles de jeux actuelles, revient à la vie grâce à la mobilisation de ses fans sur internet.Les 4.000 exemplaires de cette nouvelle version modernisée, appelée ZX Vega, ont quitté cette semaine l'usine de SMS Electronics, dans la banlieue de Nottingham, pour être distribués aux premiers clients.La machine, qui embarque 1.000 jeux dans ses circuits, s'apparente à une manette rectangulaire noire, avec croix directionnelle rouge et huit boutons, que l'on connecte à sa télévision.La société anglaise Retro Computers, épaulée par le créateur de la console, Lord Clive Sinclair, est à l'origine de ce projet, financé par une campagne de financement participatif.Les créateurs s'étaient donnés deux mois pour lever les 100.000 livres (140.000 euros) nécessaires pour relancer la production de la machine, vendue 100 livres (140 euros) pièce. Ils ont obtenu cette somme en moins de 36 heures.Cet engouement n'étonne guère David Levy, PDG de Retro Computers : "Les gens qui ont joué et aimé le Spectrum dans les années 80 ont envie de revivre cette expérience et veulent que leurs enfants voient ce à quoi ils s'amusaient il y a 30 ans".Vendue à plus de cinq millions d'exemplaires, le ZX Spectrum avait fini par décliner au bout de quelques années, concurrencé par les deux géants japonais Nintendo et Sega."C'était la Playstation, la Xbox de l'époque", estime Jonathan Cauldwell, fan de la console depuis 30 ans.A l'heure des jeux photoréalistes et des casques de réalité virtuelle, le retour de la machine est caractéristique d'une tendance forte dans le milieu du jeu vidéo: le "rétrogaming", ou le retour des jeux vidéos d'antan. - 'Business de la nostalgie' - "Les jeux du Spectrum sont rapides à jouer et amusants, vous en choisissez un, vous y jouez, vous le reposez, et voilà!", s'enthousiasme Jonathan Cauldwell, son vieux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant