Une concertation sur les retraites d'ici mi-2013

le
12
MOSCOVICI ÉVOQUE LE BESOIN D?UNE NOUVELLE RÉFORME DES RETRAITES
MOSCOVICI ÉVOQUE LE BESOIN D?UNE NOUVELLE RÉFORME DES RETRAITES

PARIS (Reuters) - Une nouvelle réforme des retraites sera nécessaire d'ici 2017 pour assurer l'équilibre financier du régime, a estimé mercredi Pierre Moscovici, quelques heures avant la publication de nouvelles projections montrant un creusement des déficits.

Malgré la réforme de 2010, le déficit des régimes de retraite devrait, sans nouvelle réforme, atteindre 18,8 milliards d'euros en 2017, contre 14 milliards en 2011, selon des projections que le conseil d'orientation des retraites (Cor) doit présenter mercredi.

Le ministre de l'Economie et des Finances a précisé qu'une concertation sur le sujet serait engagée d'ici la mi-2013. La négociation d'une nouvelle réforme des retraites figurait parmi les engagements pris par François Hollande pendant sa campagne.

"Il me semble qu'il faudra en effet revenir sur le sujet", a déclaré Pierre Moscovici sur RTL, précisant qu'il n'est pas directement en charge du dossier.

"Oui, il y aura sans doute une (réforme), mais il faudra que ses paramètres soient des paramètres justes", a-t-il ajouté, disant vouloir prendre en compte les paramètres financiers et de fond, et soulignant qu'une nouvelle réforme n'aurait pas la "même philosophie" que celle du gouvernement de François Fillon.

La précédente majorité avait décidé en 2010 de relever progressivement l'âge minimum légal à 62 ans pour limiter le déficit des régimes de retraite à l'horizon 2018, sans cacher qu'il faudrait une nouvelle réforme.

François Hollande, qui s'était engagé à revenir partiellement sur cette mesure, a fait adopter une fois élu un décret autorisant les personnes ayant commencé à travailler à 18 et 19 ans et ayant cotisé la totalité de leurs annuités à prendre leur retraite à 60 ans.

Plusieurs pistes ont été avancées par le Cor pour rétablir les comptes des régimes de retraite : soit une augmentation de 1,1% des prélèvements, soit une baisse de 5% du rapport entre la pension moyenne et le revenu moyen, soit un recul de six mois supplémentaires de l'âge effectif de départ.

La présidente du Medef, Laurence Parisot, plaide quant à elle pour un nouvel allongement de l'âge de départ à la retraite à 63 ans et l'augmentation de la durée de cotisations à au moins 43 annuités. Elle s'oppose en revanche à une hausse des cotisations, des entreprises comme des salariés.

Chine Labbé et Marc Joanny, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M601364 le mercredi 19 déc 2012 à 17:01

    moins députés Français moins de députés européens moins de fonctionnaires est tout est réglé?????

  • M169421 le mercredi 19 déc 2012 à 14:15

    La retraire des fonctionnaires, au plus haut de leur salaire!Peu de cotisations ou peu, puisque le privé paye leur salaire!Ponction dans les caisses du privé pour payer leur retraite!Et il faut trouver un équilibre? Il ne faut pas chercher loin!Que l'on proratise la retraite avec les prélèvements effectués pendant le travail. Les fonctionnaires devraient être au RSA!

  • mlaure13 le mercredi 19 déc 2012 à 14:12

    ...Hé oui...cela fait 30 ans que ça dure !...mais ça ne peur plus perdurer, car nous sommes sur un point de rupture, et celle-ci concerne l'éclatement de la "bulle" des retraites...et à se repasser la "patate chaude"

  • knbskin le mercredi 19 déc 2012 à 13:18

    …/… Comme de l’ineptie de la « retraite à 60 ans », devenue un des innombrables totems de la gauche. Pourtant, tous les spécialistes de la retraite honnêtes (y compris socialistes, il y en a …) expliquaient à Mitterrand dès 1981 que c’était intenable.

  • knbskin le mercredi 19 déc 2012 à 13:17

    …/… et dont la retraite est carrément une créance sur le Trésor, sans aucun lien technique avec le montant des cotisations. C’est légitime pour ceux qui risquent leur peau pour la France, pas pour le prof de l’Educ Nat. Même cas pour d’autres régimes spéciaux basés sur la pénibilité du travail au XIXe siècle (SNCF). Mais tout cela « fâche » tellement tant de monde qu’il ne faut surtout pas en parler. …/…

  • knbskin le mercredi 19 déc 2012 à 13:17

    …/… Ensuite, notre brillant « régime par répartition », prétendument « solidarité des générations » a besoin pour fonctionner d’une population active qui croît plus vite que celle des retraités. Ca a très bien marché jusqu’en 1980 … Enfin, la retraite par répartition et « par métiers » est absurde (voir les cas extrêmes des agriculteurs ou des mineurs). Il y a aussi tous les privilèges des fonctionnaires d’Etat, qui ne cotisent quasiment pas, …/…

  • knbskin le mercredi 19 déc 2012 à 13:17

    Les « retraites à la française », quels que soient les « paramètres justes » et la « philosophie » du gouvernement, qui comme d’habitude se drape dans sa pseudo-morale, sont une vaste escro.querie, pour plusieurs raisons. D’abord, dans les premiers calculs actuariels sur le sujet (années 30) on avait des gens qui commençaient à bosser à 14 ans, mouraient à 59 ans, et partaient à la retraite à 65 ans : excellent ratio retraités / cotisants ! …/…

  • M2135936 le mercredi 19 déc 2012 à 11:48

    Que Madame Parisot commence par trouver une solution.pour les 900 000 seniors sans emploi : c'est absurde en cette période de chômage de masse. La démographie de la France n'est pas celle de l''Allemagne et la population active est trop élevée en France (dixit Fillon)

  • M4333993 le mercredi 19 déc 2012 à 11:47

    Etats-Unis: 300 millions d'habitants, 100 sénateurs et 435 représentants, soit total 535.France : 60 millions d'habitants, 350 sénateurs et 577 députés, soit total 927.Cherchez l'erreur ! On est tous bien k-on de nous laisser enfumer !

  • M4333993 le mercredi 19 déc 2012 à 11:43

    Et si on commençait à réduire drastiquement les retraites pléthoriques et scandaleuses de nos élus ! mais çà, on en parle pas. Un seul solvable = le peuple