Une collision aérienne évitée de justesse à Barcelone !

le
4
Un accident aérien a été évité de justesse samedi à l'aéroport de Barcelone.
Un accident aérien a été évité de justesse samedi à l'aéroport de Barcelone.

Tout s'est bien terminé samedi au petit matin sur l'aéroport de Barcelone-el Prat. Alors qu'un Boeing 767 de la compagnie russe UT Air est en approche sur la piste 2, un Airbus A340 d'Aerolíneas Argentinas (peint aux couleurs de l'alliance SkyTeam) coupe cette même piste pour rejoindre la piste 25 droite, de laquelle il doit décoller. L'équipage du Boeing russe remet alors les gaz : on échappe ainsi à une collision qui aurait pu causer plus de 500 morts. Si le brouillard, la brume de mer ou même le soleil à contrejour avaient été présents, on se serait trouvé dans les circonstances du plus grave accident de l'aviation civile : la collision, le 27 mars 1977 à Ténérife, aux Canaries, entre deux Boeing 747, celui de Pan Am et celui de KLM, qui fit 583 victimes. Près de quarante ans plus tard, les experts en sécurité aérienne, qu'ils soient américains ou européens, considèrent l'incursion sur piste d'un véhicule ou d'un autre avion comme le risque majeur du transport aérien. Malgré les radars sol, les balisages sophistiqués, les cartes numériques d'aérodrome, etc., on compte plus de 1 500 incidents par an aux États-Unis. Changements de piste À Barcelone, on a affaire, comme c'est très souvent le cas, à une accumulation de circonstances défavorables et de petites erreurs. Au petit matin, chaque jour, l'aéroport change de configuration, c'est-à-dire que la piste nord-sud, celle utilisée pour les atterrissages la nuit, car elle gêne le moins...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le mardi 8 juil 2014 à 11:34

    Situation un peu inhabituelle mais ne présentant aucun danger.

  • M7034327 le lundi 7 juil 2014 à 19:07

    Quand on regarde Air Crash à 17h30 sur National Geographic Channel, on n'est de moins en moins rassuré en montant dans un avion. Quand je conduis ma bagnole au moins, j'ai mon destin en mains, même si le risque est incomensurablement plus élevé.

  • bordo le lundi 7 juil 2014 à 16:43

    Une remise de gaz est la chose la plus habituelle qui soit...Le journaliste vend une soupe tiédasse.

  • brinon1 le lundi 7 juil 2014 à 15:05

    l'art accompli d'une rédaction de mauvais gout : il n'y a pas eu de collision donc il n'y a pas lieu de rédiger de la sorte, c'est à la limite de la désinformation, et à tout le moins de la fausse declaration d'information..