Une collégienne musulmane privée de cours pour une jupe «trop longue»

le
1
Une collégienne musulmane privée de cours pour une jupe «trop longue»
Une collégienne musulmane privée de cours pour une jupe «trop longue»

Depuis 2004, le port ostensible de signes religieux est interdit à l'école. Voiles, kippas et turbans sont donc proscrits dans les collèges et lycées français. Mais étonnamment, c'est désormais au tour des jupes d'être en ligne de mire des chefs d'établissement.

Une élève de troisième, âgée de 15 ans, s'est en effet vu refuser à deux reprises l'accès au cours au motif qu'elle portait une jupe trop longue. Pour l'encadrement du collège, ce vêtement était considéré comme un signe religieux ostentatoire, comme le rapporte l'hebdomadaire l'Ardennais.

Sur les réseaux sociaux, les internautes s'enflamment et ironisent sur la situation et le hashtag #JePorteMaJupeCommeJeVeux était l'un des plus utilisé ce mardi sur Twitter.

A deux reprises, les 16 et 25 avril, Sarah, une jeune fille de 15 ans scolarisée au collège Léo-Lagrange de Charleville-Mézières (Ardennes), n'a pas pu aller en classe. Lorsqu'elle est arrivée devant son établissement scolaire, l'encadrement lui en effet a demandé de rentrer chez elle pour se changer. L'adolescente, de confession musulmane, avait pourtant pris le soin d'ôter son voile. Mais c'était sa jupe, jugée trop longue, qui cette fois posait problème.

«Cette jupe n’a vraiment rien de particulier, elle est toute simple», explique-t-elle à l'hebdomadaire local, précisant l'avoir achetée 2 euros dans un banal magasin de vêtement. «Ce n'est pas interdit par la loi de porter des jupes longues», s'indignent les parents de Sarah.

L'académie de Reims explique la décision

De son côté, l'académie de Reims (Marne), contactée par LeParisien.fr dément toute exclusion : «Cette élève n'a pas été exclue. Il n'y a pas eu le moindre conseil de discipline. Elle a juste été invitée à rentrer chez elle pour se changer», explique un porte-parole. «Exclue» au sens strict du terme ou simplement interdite d'accès à son collège, cela ne fait pas une grande différence : Sarah n'a pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Spartaku le mercredi 29 avr 2015 à 06:33

    tout système poussé à l'extrême détruit la cause qui l'a inspirée ....