Une catastrophe évitée de peu entre un avion de ligne et un appareil russe en mars

le
1
Une catastrophe évitée de peu entre un avion de ligne et un appareil russe en mars
Une catastrophe évitée de peu entre un avion de ligne et un appareil russe en mars

Une catastrophe aérienne a été évitée de justesse en mars dernier. Selon un rapport publié lundi par le réseau European Leadership Network (ELN) regroupant d'anciens responsables politiques européens et basé à Londres, un collision a failli se produire entre un avion de ligne de la compagnie SAS et un avion de reconnaissance russe.

L'appareil commercial scandinave venait de décoller de Copenhague (Danemark) et avait pour destination Rome (Italie). 132 personnes se trouvaient à son bord. De son côté, l'avion de reconnaissance militaire russe avait coupé ses transpondeurs. 

L'incident s'est produit à quelque 50 miles au sud-est de la ville suédoise de Malmö. «La collision a apparemment été évitée grâce à la bonne visibilité et à la vigilance des pilotes de l'avion de ligne», selon le rapport. «Si ces deux avions étaient entrés en collision, provoquant des morts civiles comparables à la tragédie du vol MH17 dans l'est de l'Ukraine», le 17 juillet, cela aurait pu entraîner la classification de toute activité aérienne non enregistrée au-dessus de l'Europe «comme une possible menace vitale exigeant une interdiction préventive».

Une quarantaine d'incidents sérieux enregistrés

Plusieurs médias suédois avaient fait état de l'incident qui aurait eu lieu au-dessus des eaux internationales. Selon la presse scandinave, les deux appareils étaient passés à 90 mètres l'un de l'autre. L'avion russe n'avait pas donné sa position mais avait été identifié par un radar et les contrôleurs aériens danois avaient alors alerté l'équipage de l'avion de ligne qui a ensuite dévié de sa trajectoire.

Ces derniers mois, une quarantaine d'incidents sérieux ont été enregistrés entre la Russie et l'Occident. «Ces événements forment un ensemble très inquiétant de violations d'espace aérien, d'interventions d'urgence, d'évitement de collision en plein air, d'approche de près en mer et d'autres actions ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le lundi 10 nov 2014 à 14:33

    400 incidents de ce genre se produisent chaque année dans le ciel français ...