Une "carbon valley" sort de terre dans le Béarn

le
0

par Claude Canellas

LACQ, Pyrénées-Atlantiques (Reuters) - Le groupe japonais Toray jette les bases d'une véritable "carbon valley" dans les Pyrénées-Atlantiques, où il compte développer toute une filière de fabrication des fibres de carbone, matériau d'avenir notamment pour l'aéronautique et le forage pétrolier.

La fibre de carbone est un composant-clé de la famille des matériaux composites à haute performance, qui peuvent répondre à de grosses contraintes mécaniques ou thermiques, avec un poids très inférieur à celui des aciers.

Toray, leader mondial du secteur, construit à Lacq (Pyrénées-Atlantiques) une usine de production du précurseur chimique (PAN) des fibres de carbone qu'il produit sur le site voisin d'Abidos.

Le chantier de nouvelle usine s'élève sur un terrain de la plate-forme de Lacq classée en Seveso 2, au c?ur du bassin d'extraction du gaz naturel, en pleine reconversion avec l'extinction programmée du gisement.

Une première ligne de 600 mètres de long et d'une capacité de production annuelle de 11.900 tonnes PAN (Polyacrylonitryle) sera opérationnelle dès mai 2014. Elle devrait tourner à plein régime un an plus tard avec 50 emplois à la clé.

Toray, qui produit chaque année à Abidos 5.200 tonnes de fibres de carbone sur les 18.000 à 19.000 qu'il fournit dans le monde, construit dans le Béarn sa troisième usine de PAN avec celles des Etats-Unis et du Japon.

MATÉRIAU D'AVENIR

A moyen terme, trois lignes identiques fonctionneront avec un total de 150 emplois, pour 100 millions d'euros investis, dont 12 d'aides publiques.

Les grandes bobines du fil de viscose qui en sortiront seront aux deux tiers envoyées par la route jusqu'à l'usine d'Abidos, le dernier tiers vers les autres usines du groupe.

Pour Bernard Martin, le PDG de Toray Carbon Fibers Europe à Abidos, seule usine européenne du groupe (350 emplois), le marché de la fibre de carbone ne peut que progresser.

"La fibre de carbone est le matériau d'avenir pour l'aéronautique. La demande mondiale qui était de l'ordre de 40.000 tonnes en 2012 devrait être de l'ordre de 60.000 tonnes en 2015", dit-il.

Elle est aujourd'hui le maillon fort d'une vaste branche industrielle qui va de la production de PAN jusqu'à la construction de pièces d'avion.

On en trouve à présent dans les bateaux de compétition, les skis et les raquettes de tennis et surtout l'aéronautique.

"Un Airbus A320 c'est moins de 10% de composite carbone. Un A380 c'est 25% et avec un A350 on monte à 50%", souligne Bernard Martin, qui espère devenir le fournisseur majeur d'Airbus en Europe, comme le groupe Toray l'est aux Etats-Unis pour Boeing.

Pour lui, évoquer une carbon valley, c'est imaginer toute la chaîne de production.

"On espère développer en Aquitaine toute une filière de fabrication. Notre volonté stratégique c'est de descendre en aval. Il y a toute une industrie à créer, et on imagine qu'une partie de cette filière peut être implantée ici dans la région", explique-t-il.

L'INDUSTRIE PÉTROLIÈRE EN LIGNE DE MIRE

Toray Europe se veut un acteur majeur de cette "carbon valley".

"On fera ce qu'il faut pour développer des activités et si ça nécessite qu'on intervienne pour créer ou aider à créer des sociétés agissant dans les matériaux composites, alors nous le ferons", assure Bernard Martin.

Les matériaux composites ont depuis plusieurs décennies fait leur nid en Aquitaine, dans la foulée des grandes sociétés de l'aéronautique et du spatial qui ont essaimé des sous-traitants et des filiales impliquées dans cette filière d'avenir.

Toray s'est ainsi implanté à Abidos au début des années 80 en raison de la volonté de Elf Aquitaine, puis de Total, d'anticiper l'extinction du gisement gazier de Lacq.

Même si le développement de la fibre de carbone a été plus lent que prévu, l'usine est passée d'une à quatre lignes. Toray a ainsi dans sa clientèle les usines Dassault pour l'avion de combat Rafale.

Un des débouchés envisageables se situe aussi dans l'industrie pétrolière.

La relation entre Total et Toray pourrait faciliter l'introduction de la fibre de carbone dans les outillages destinés aux forages de plus en plus profonds et qui subissent des contraintes en poids et en pression sans cesse plus élevées.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant