Une boutique de vêtements laisse ses clients partir sans payer

le
0

G.U, l'une des marques du groupe Fast Retailing, par ailleurs propriétaire d'Uniqlo et de Comptoir des cotonniers, permet de tester les articles durant la journée avant de les acheter.

Le concept est pour le moins surprenant. La marque G.U., propriété du groupe nippon Fast Retailing et petite s½ur d'Uniqlo, propose aux clients de son nouveau magasin de Tokyo de faire leur shopping et de partir sans payer. Du moins dans un premier temps. L'objectif est en fait de permettre aux indécis d'essayer les marchandises en dehors du magasin avant de se décider à les acheter. G.U. leur accorde ainsi la journée pour tester puis rapporter les articles avant la fermeture de la boutique pour rendre ceux qui ne conviennent pas et payer les autres. Les vêtements retournés ne sont pas replacer dans les rayonnages mais utilisés pour vêtir les mannequins ou directement envoyé à la benne pour être recyclés.

L'option est réservée à un nombre limité de vêtements et de personnes chaque jour: trois articles pour une trentaine de clients afin de maîtriser l'impact sur les stocks, et Daisuke Hase, l'un des porte-paroles de GU, explique dans le Wall street journal que le concept doit avoir un effet positif sur la gestion des retours de marchandises en boutique. Confiante, la marque exige très peu de garantie de ses clients. Seuls le nom et le numéro de téléphone des clients sont demandés, afin de pouvoir les joindre si d'aventure ils n'étaient pas revenus à l'heure de fermeture du magasin. Un cas de figure que G.U. estime peu probable. «Je pense que la plupart des gens qui utilisent ce service vont simplement chez eux pour essayer de coordonner nos produits avec ceux qu'ils ont déjà dans leur penderie, avant de revenir au magasin», assure Daisuke Hase.

L'expérience du magasin de Shibuya doit prendre fin le 30 juin. Fast Retailing envisagerait d'étendre le concept à d'autres boutiques. Le groupe qui possède par ailleurs les marques Princesse Tam Tam et Comptoir des Cotonniers pourrait donc décider d'installer le concept en France. Et même s'il ne reconduit pas le test, Fast Retaiing peut déjà se féliciter d'avoir réussi un joli coup de communication: la presse internationale s'est fait l'écho d'une opération pourtant circonscrite à une seule boutique, d'une marque uniquement présente en Asie.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant