Une bonne année 2011 pour l'épargne salariale

le
3
Les versements ont bondi de 20 % mais les encours, pénalisés par la Bourse, sont en légère baisse.

L'épargne salariale garde la cote en France. Selon les statistiques publiées ce mardi par l'Association française de la gestion financière (AFG), le nombre d'entreprises offrant un dispositif d'épargne salariale à leurs employés a augmenté de 7 % en 2011, passant de 243.219 à 260.230. Quant aux versements effectués par les salariés, ils ont connu un bond plus impressionnant encore: les 16,3 milliards d'euros collectés en 2011 représentent 20 % de mieux que les 13,3 milliards d'euros enregistrés en 2010.

L'épargne salariale rassemble diverses formules: de la participation aux bénéfices (obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés) à la prime d'intéressement (facultative) en passant par le plan d'épargne d'entreprise (PEE) ou le plan d'épargne pour la retraite collectif (Perco). La progression de ces formes d'épargne tient, selon l'AFG, à l'augmentation du nombre de PME offrant cette possibilité et au «rebond des résultats des entreprises en 2010 par rapport à 2009». Par ailleurs, les versements volontaires des salariés sur ces dispositifs (c'est-à-dire hors intéressement et participation) ont connu une progression de 24 % en 2011.

Au total, les versements se ré­partissent entre les 4,8 milliards versés au titre de la participation, 3,7 milliards pour l'intéressement, 5,2 milliards de versements volontaires complétés par 2,6 milliards au titre de l'abondement des entre­prises.

Le montant des rachats s'élève de son côté à 11,3 milliards d'euros, ce qui laisse des souscriptions nettes de 5 milliards d'euros dont plus de 1,3 milliard dans les Perco. Une partie de ces rachats correspondent à des déblocages anticipés, possibles lors de la cessation du contrat de travail (444.000 salariés concernés pour un montant moyen débloqué de 3 10 euros) ou lors de l'achat d'une résidence principale notamment (172.000 foyers concernés, à hauteur de 8894 euros en moyenne).

Mauvais résultats boursiers

Malgré ces chiffres en progression, les encours d'épargne salariale qui se sont établis à 85,3 milliards d'euros sont, eux, en légère baisse de 3,5 % par rapport à 2010. Un résultat que l'AFG explique par «un effet de marché défavorable en partie compensé par le bon niveau de souscriptions nettes». Les mauvais résultats boursiers ont particulièrement touché les fonds d'actionnariat salarié (38 % de l'encours) et plus épargné les fonds diversifiés, note l'AFG.

Dernière tendance relevée sur l'année 2011: une pro­gression des fonds ISR (inves­tissement socialement responsable) qui pèsent plus de 10 milliards d'euros, en progression de 17 %.

LIRE AUSSI:

» Les Français plébiscitent l'épargne salariale

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9285685 le mercredi 25 avr 2012 à 15:47

    @xela78 > Dans mon ancienne entreprise, j'avais intéressement et participation. Je ne sais pas si cela marche pour les autres entreprises de la même façon mais chez "nous" on pouvait placer sur un livret à 2%, en obligation, en action France ou en action Europe. Avoir le choix et pouvoir changer d'avis est important : j'ai déplacé mon argent d'action France à livret en quelques minutes seulement et j'ai pu sauver mes 6000€ de plus-value. Faut avoir le choix et savoir gérer (ou mettre sur livret)

  • xela78 le mercredi 25 avr 2012 à 08:00

    Je suis un petit peu sceptique quand je perçois autour de moi les témoignage des salariés qui ne veulent plus entendre parler de l'épargne salariale vu les résultats catastrophiques de la bourse.Allez demander aux salariés des entreprises du CAC 40 qui ont vu leurs placements diminuer de parfois plus de 50% ce qu'ils en pensent.

  • PurJu.69 le mercredi 25 avr 2012 à 06:37

    Normal, vu les Cours et Jouissance de l' Abondement .. !!