Une bombe explose près d'une station de métro à Istanbul, 5 blessés

le , mis à jour à 19:49
1
 (Edité tout du long) 
    ISTANBUL, 1er décembre (Reuters) - Cinq personnes ont été 
blessées dans l'explosion d'une bombe artisanale mardi près 
d'une station de métro d'Istanbul, a déclaré le maire du 
quartier de Bayrampaa, dans la partie européenne de la ville. 
    La déflagration, sur une passerelle proche de la station 
Bayrampaa, s'est produite à l'heure de pointe du soir, a 
précisé le maire du quartier, Atilla Aydiner, à la chaîne de 
télévision A Haber. 
    La Turquie vit en état d'alerte depuis le double attentat 
suicide qui a fait plus de 100 morts à Ankara le 10 octobre, 
trois mois pratiquement après une attaque du même genre dans 
laquelle 33 personnes avaient été tuées le 20 juillet à Suruç, 
non loin de la frontière syrienne. 
    La chaîne Habertürk a parlé d'un mort près de la station 
Bayrampaa mais Atilla Aydiner ne confirme que cinq blessés. 
    Sur les images d'un écran de contrôle, on voit un violent 
éclair sur une passerelle proche de la station de métro, suivie 
de projections de braises qui retombent alors que des voitures 
passent en-dessous. 
    Si le métro d'Istanbul est en grande partie souterrain, il 
est aérien à certains endroits, comme à Bayrampaa. 
    L'explosion de mardi était nettement moins puissante que 
celles survenues à Ankara et à Suruç, qui seraient l'oeuvre de 
djihadistes du groupe Etat islamique (EI). 
    La Turquie, membre de l'Otan, mène des raids aériens contre 
les insurgés islamistes en Syrie, dans le cadre de la coalition 
sous conduite américaine en lutte contre les mouvances 
djihadistes. 
    L'Etat turc est également aux prises avec les rebelles 
séparatistes du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan, hors 
la loi), dont les activistes attaquent régulièrement policiers 
et forces de sécurité dans le sud-est du pays. 
    Il faut aussi compter avec l'organisation d'extrême gauche 
DHKP-C, considérée comme terroriste par les Etats-Unis et par 
Ankara. Ce groupuscule avait revendiqué une attaque contre le 
consulat américain à Istanbul en août dernier. 
 
 (Asli Kandemir, Can Sezer, Ece Toksabay, Birsen Altayli et 
Melih Aslan; Jean-Philippe Lefief et Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 le mardi 1 déc 2015 à 19:58

    Quand Erdogan se sent en difficulté, en général il y a des bombes. Et l'immoralité de cette histoire, c'est qu'en général cela lui réussit...