Une bibliothèque à 35 millions d'euros... qui ne sert à rien

le
8

Un chantier pour le moins chaotique. En Seine-et-Marne, la bibliothèque de l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée est éclairée, chauffée... mais toujours fermée au public. La faute à plusieurs défauts de construction.

L’argent de l’État est parfois littéralement jeté par les fenêtres. En octobre dernier, Le Figaro rapportait l’histoire de cet immeuble vide de 12.000 mètres carrés à Rouen, censé accueillir des services administratifs depuis plus d’un an et demi... Problème: le déménagement a finalement été suspendu à cause de la réforme territoriale, selon la préfecture de Seine-Maritime... mais l’État paie tout de même un loyer de 100.000 euros par mois pour un bâtiment qui ne sert donc à rien. Une dépense inutile et fâcheuse, de surcroît dans un contexte de restrictions budgétaires.

La future bibliothèque de l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée est un autre exemple. Elle est «sans doute le bâtiment haute qualité environnementale (HQE) qui aura consommé le plus d’énergie avant même d’avoir permis d’en économiser», écrit Le Parisien dans ses colonnes. Pourquoi? Revenons en mars 2009, date où le chantier débute, pour une livraison prévue en janvier 2011. Depuis... rien du tout, et l’université vient d’assigner en justice les architectes devant le tribunal administratif de Melun.

72 défauts de construction recensés

Les raisons de ce flop sont multiples. Problèmes d’étanchéité, escalier impratiquable, absence de ventilation dans les ascenseurs... En tout, pas moins de 72 défauts de construction ont été recensés par un ingénieur d’études qui s’occupe - à plein temps, et depuis trois ans - de relever tous ces défauts. «La volée supérieure de l’escalier principal pourrait ne pas résister au passage des usagers», détaille au Parisien Frédéric Moret, vice-président de l’université. Unique solution: renforcer l’escalier par des piliers! Rassurant.

Depuis déjà deux ans, ce bâtiment d’environ 9000 mètres carrés est pourtant chauffé et éclairé, afin d’éviter que le bâtiment ne se dégrade. Un bâtiment qui a coûté 35 millions d’euros, et qui n’a encore profité à personne. De son côté, le cabinet d’architecte Beckmann N’Thépé, concepteur des lieux, assure que c’est l’expertise judiciaire qui a «tout bloqué» et qu’il était prêt, de son côté, à réparer. Reste à savoir le coût que vont engendrer ces dizaines d’imperfections.

Le comble: la bibliothèque avait été nominée en 2012 au prix d’architecture de l’Equerre d’argent. Une description idyllique précisait: «ses façades épaisses assurent l’inertie, les toitures terrasses végétalisées contribuent à l’isolation thermique, le fonctionnement des bassins est naturel - le filtrage des eaux est assuré par des plantes flottantes et des carpes.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 le lundi 25 jan 2016 à 15:49

    Cela ne paut pas être pire que notre ministre de l'emploi qui ne connait même pas les modalités du contrat CDD !!! Et ce sont ces gens-là qui nous gouvernent et qui osent donner des leçons alors qu'ils n'appliquent même les lois dans le sectue public ! Montrer l'exemple et après peut etre que vous serez crédibles !!

  • R59 le lundi 25 jan 2016 à 15:31

    c'est pas pire que les portiques de l'éco-taxe

  • calippe3 le lundi 25 jan 2016 à 15:18

    72 défauts on voit bien là que le travail est bâclé par manque d' excellence de sérieux de rigueur à plusieurs niveaux ...... qui plus est avec l'utilisation des fonds publics ......

  • M9667828 le lundi 25 jan 2016 à 15:07

    Bien sur pas de recherche de responsabilité et encore moins de poursuite à l'encontre des fonctionnaires et politiques en charge de superviser cette construction. Les enveloppes étaient trop grosses. Et dans quelques mois on apprendra que le promoteur sera exempt de poursuite et de dédommagement par la justice TAUBIRIENNE.....

  • mlemonn4 le lundi 25 jan 2016 à 14:18

    Bientot nous leur ferons manger leur gabegie insuportable alors que de plus en plus de français mangent les racines par les deux bouts à cause de cette faillitte politique, morale, économique et financière du pays gérée par cette monarchie de technocrates qui a confisqué tous les pouvoirs dans ses intérêts et qui plus est, outre etre les spoilateurs et fossoyeurs de la république depuis plus de 40 ans, sont de plus, pédants, suffisants et arrogants et maintenant menaçant pour nos libertés!

  • maryp le lundi 25 jan 2016 à 14:15

    ce qui est marrant avec la France c'est que personne ne devra jamais rendre de compte. Bien content de m'etre barré

  • andre40 le lundi 25 jan 2016 à 13:37

    rien qu'en voyant la photo on se demande qui a pu attribuer ce prix d'architecture, probablement celui qui a touché la plus grosse rétro-commission dans l'affaire, vive la France

  • y.domaig le lundi 25 jan 2016 à 11:53

    taisez-vous les carpes !