Une bénédiction sobre pour le jeune militaire

le
0
L'aumônier et le rabbin du 17ème RGP sont présents lors de la cérémonie, aux côtés des représentants des communautés protestante et orthodoxe.

Les mains sur le ventre, sur les notes funèbres des grandes orgues de la cathédrale Notre-Dame, Caroline entre derrière le cercueil du père de l'enfant qu'elle porte. D'une pâleur sépulcrale, son visage douloureux est mangé par les larmes. Abel Chennouf, tombé sous les balles de la folie meurtrière, est porté par huit frères d'armes, parachutistes du 17e RGP de Montauban. Les travées de la cathédrale sont pleines. Sous une haie de drapeaux portés par une cinquantaine d'anciens combattants du Tarn-et-Garonne, riverains, autorités locales, militaires et dignitaires religieux se sont pressés pour la bénédiction de la dépouille du jeune militaire, de confession catholique.

Trois camarades du régiment déposent un portrait d'Abel sur son cercueil, recouvert du drapeau français, son béret de parachutiste, ses médailles militaires. Concélébrée par Monseigneur Ginoux, évêque de Montauban, et Monseigneur Ravel, évêque aux Armées, la cérémonie rend un hommage sob

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant