Une BD dans les coulisses de la brigade de répression du banditisme

le
0
Une planche de la BD Enquêtes générales, des auteurs Raynal Pellicer et Titwane, aux éditions de La Martinière.
Une planche de la BD Enquêtes générales, des auteurs Raynal Pellicer et Titwane, aux éditions de La Martinière.

Raynal Pellicer a passé quatre mois au sein de la brigade de répression du banditisme (BRD). Quatre mois durant lesquels il a tout vécu, ou presque. Les planques, les gardes à vue, les désillusions et la découverte des douze policiers du groupe Enquêtes générales. Un privilège rare, les autorisations de reportage étant presque systématiquement refusées. "On partageait tout, le petit déj, le sandwich. Forcément, ça crée des liens", sourit Raynal, que les 12 policiers des Enquêtes générales ont surnommé "le 13e de groupe". L'auteur a trouvé dans la BD la liberté de pouvoir tout représenter en images, sans censure, à l'aide de son ami et illustrateur Titwane. Ce dernier s'est inspiré de films et de clichés pris par Raynal pour dessiner, chapitre après chapitre, ses aventures.

© Éditions de La Martinière

Le "casse" de la joaillerie Harry Winston, la traque des "Pink Panthers"... Le lecteur revisite l'actualité des faits divers en s'immisçant dans l'arrière-scène des affaires policières. Les noms, bien sûr, sont tus, et l'intitulé des affaires travesti. Les flics tiennent à garder leur anonymat. Pour cela, Titwane a une formule : "modifier la ressemblance". "Raynal me racontait ce qu'il vivait. Je réalisais les planches telles que moi je les voyais, puis Raynal me faisait parvenir la documentation. Cela me permettait d'avoir un recul que lui, en immersion, n'avait pas forcément", raconte l'illustrateur. © Éditions de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant