Une basilique romane reprend vie grâce à du fil de fer

le
0

EN IMAGES - Grâce à des structures monumentales en maillage de fer, l’artiste milanais Edoardo Tresoldi ressucite des vestiges de plus de 1000 ans. Une basilique avec ses dômes et colonnes reprend vie pour la plus grande joie des visiteurs.

Dans le sud de l’Italie, le site archéologique du parc Siponto accueille les vestiges d’une église romane du XIème siècle, la basilique Santa Maria Maggiore di Siponto. C’est la terre qu’a choisi l’artiste milanais Edoardo Tresoldi pour donner forme à de gigantesques sculptures de fil de fer. Celles-ci recréent les volumes d’origine d’un édifice qui avait été abandonné depuis le XIIIème siècle après un tremblement de terre. L’artiste et son équipe ont travaillé cinq mois à ce projet qui a été commandé par le Ministère de la culture en Italie et qui a coûté 900 000 euros.

L’idée de départ peut paraitre surprenante. Mais le résultat est spectaculaire! A Siponto, les couches de maillage métallique se croisent et se chevauchent. Au final, la forme d’origine réapparaît via cette construction transparente et inattendue. La voilà de nouveau majestueuse, avec ses dômes et ses colonnes. Cette structure est imposante. Mais, haute de 14 mètres, elle est loin d’être légère.

Imaginez qu’elle pèse presque sept tonnes! Le poids des 4500 mètres carrés de fil de fer qui ont été utilisés.... Et la basilique est habitée, le jeune et déjà célèbre artiste de 28 ans a en effet installé deux silhouettes humaines, elles aussi faites de fil de fer. Une manière de concrétiser la relation entre l’homme et l’espace. Cette cohabitation entre le passé et le présent crée pour les visiteurs des perspectives époustouflantes. Notamment à la nuit tombée. La transparence donne alors à cette architecture grandiose des allures fantomatiques tandis qu’elle s’illumine.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant