Une baisse de la production de l'Opep peu probable en juin-délégué

le , mis à jour à 20:54
0

RYAD, 7 mai (Reuters) - Le récent rebond des cours du pétrole a été soutenu par une hausse plus forte que prévu de la demande et se prolongera probablement au second semestre, a déclaré mercredi un responsable haut placé de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). L'Opep tient sa prochaine réunion ministérielle en juin mais il est peu probable qu'elle décide à cette occasion de réduire sa production si des producteurs non Opep n'en font pas autant, a indiqué ce délégué d'un pays du Golfe. Le baril de Brent a atteint mercredi un plus haut de l'année de 69,63 dollars, contre 45 dollars en janvier, aidé par les tensions au Moyen-Orient et des signes de resserrement de l'offre. Les cours avaient chuté de plus de moitié l'an dernier après avoir culminé à 115 dollars en juin. "Le marché se raffermit et cela va continuer. La demande est beaucoup, beaucoup plus forte que ce qui était anticipé", a déclaré le délégué à Reuters. "Il y a des signes et des informations incontestables sur la croissance de la demande et le ralentissement de l'offre de producteurs à coûts élevés ou marginaux." Ces propos montrent que les poids lourds de l'Opep s'en tiennent à leur stratégie axée sur les parts de marché plutôt que sur les niveaux de production. L'effondrement des prix s'était accéléré l'an dernier après le refus de l'Opep, en novembre, de réduire sa production pour soutenir le marché. L'Arabie saoudite, soutenue par les Etats du Golfe, est à l'origine de cette politique qui ne satisfait pas des membres moins influents de l'organisation comme le Venezuela ou l'Algérie. L'activité d'exploration a depuis baissé aux Etats-Unis, alimentant l'espoir d'un ralentissement de la croissance de l'offre, et la production au sein même de l'Opep n'est pas aussi importante que ce qu'on pouvait prévoir, a noté le délégué. "L'espoir d'un retour de la Libye sur le marché a disparu, on ne parle plus d'un retour rapide de l'Iran et la production de l'Irak n'est pas aussi élevée que ce qui était anticipé", a-t-il dit. La baisse des prix, de son côté, a stimulé la demande, a-t-il ajouté. Pour le délégué toutefois, il est prématuré d'affirmer que l'Opep maintiendra sa production en juin car certains de ses membres espèrent toujours convaincre des producteurs non Opep, Russie en tête, de participer à une initiative. "Certains s'efforcent d'amener de gros producteurs non Opep à la table. Mais s'ils ne réduisent pas leur production, l'Opep ne le fera pas seule. Il faut un engagement réel, clair, et chiffré", a-t-il dit sans autre précision. (Rania El Gamal, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant