Une autre ville d'Ukraine, Horlivka, aux mains de séparatistes

le
2
LES SÉPARATISTES GAGNENT DU TERRAIN DANS L?EST DE L?UKRAINE
LES SÉPARATISTES GAGNENT DU TERRAIN DANS L?EST DE L?UKRAINE

par Marko Djurica

HORLIVKA Ukraine (Reuters) - Des hommes en treillis et masqués se sont emparés mercredi de bâtiments publics dans une autre ville d'Ukraine, le gouvernement pro-occidental de Kiev semblant peu à peu perdre le contrôle de l'Est industriel voisin de la Russie.

Les assaillants sont arrivés à l'aube à Horlivka, une ville de près de 300.000 habitants. Ils se sont emparés du siège de l'administration et de la police, sans rencontrer de résistance, ont fait savoir les autorités.

Les miliciens s'étaient déjà emparés en avril du siège de la police régionale.

Ils ont refusé d'être photographiés, rapporte un journaliste de Reuters.

Ces hommes, lourdement armés, portaient les mêmes uniformes militaires sans insigne que les autres "hommes en vert" non identifiés qui ont rejoint les manifestants pro-russes avec des matraques et des chaînes lors de la prise de contrôle des villes du Donbass ukrainien.

Les tentatives du gouvernement central de Kiev de contenir l'insurrection se sont montrés vaines, les forces de sécurité étant régulièrement dépassées par les séparatistes.

Les Etats-Unis, les pays européens et le gouvernement ukrainien formé après la destitution en février du président pro-russe Viktor Ianoukovitch soupçonnent Moscou de vouloir reproduire dans l'est de l'Ukraine le scénario qui a abouti en mars à l'annexion de la Crimée.

La Russie dément être derrière ce qui se passe dans l'Est.

ALERTE MAXIMUM

"Il est manifeste que ce qui est en train de se produire n'arriverait pas sans une implication russe", a déclaré l'ambassadeur des Etats-Unis à l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), qui s'adressait à la presse à Vienne.

Horlivka se trouve au nord de Donetsk où d'autres séparatistes russophones ont proclamé l'instauration d'une "république populaire" et veulent organiser un référendum d'autodétermination le 11 mai.

Les villes du Donbass, le bassin houiller de l'Est ukrainien d'où provient un tiers de la production industrielle nationale, tombent les unes après les autres aux mains des séparatistes depuis le 6 avril. La veille, ils s'étaient emparés de Louhansk, chef lieu de la province du même nom.

Oleksander Tourtchinov, qui a assure l'intérim de la présidence ukrainienne avant l'élection prévue le 25 mai, a ordonné mardi la mise à pied des chefs de la police de Donetsk et de Louhansk, incapables selon lui de remplir leur mission.

Il a à nouveau déploré leur incapacité mercredi.

"Notre tâche principale est d'empêcher la menace terroriste de se propager à d'autres régions de l'Ukraine", a déclaré le président par intérim lors d'une réunion de gouverneurs régionaux à Kiev.

Il a à nouveau réitéré la menace d'une guerre entre la Russie et l'Ukraine et a indiqué que l'armée était placée en état d'alerte maximum.

"La direction russe fait tout pour empêcher l'élection. Mais l'élection aura lieu le 25 mai", a-t-il déclaré.

Le Donbass se trouve au coeur de ce que le président russe Vladimir Poutine a récemment désigné comme la "nouvelle Russie" ("Novorossiya"), reprenant un terme datant de l'époque de l'expansion tsariste aux XVIIIe et XIXe siècles.

(Avec Pavel Polityuk; Jean-Philippe Lefief et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dupon666 le mercredi 30 avr 2014 à 17:14

    un gouvernement illegitime sans le moindre pouvoir militaire policier ou economique....finiront au bout d'une corde ou exilés..

  • pbenard6 le mercredi 30 avr 2014 à 16:50

    et si on se séparait de l'Europe?