Une augmentation de capital de PSA n'est "pas d'actualité"

le
5
PEUGEOT DÉMENT UNE NOUVELLE AUGMENTATION DE CAPITAL
PEUGEOT DÉMENT UNE NOUVELLE AUGMENTATION DE CAPITAL

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a démenti mercredi avoir actuellement besoin d'une augmentation de capital, une mise au point apportée après des informations de presse évoquant un nouvel appel au marché pour faire face à la baisse persistante des ventes du groupe automobile.

Selon latribune.fr, qui cite une source proche du dossier, "il va falloir procéder à une telle augmentation" et la question est "activement" discutée chez PSA et au sein de la famille Peugeot car le groupe se trouve dans une situation similaire à celle de mars 2012, quand il avait procédé à une augmentation de capital d'un milliard d'euros.

"Aucune échéance n'a été fixée, mais c'est étudié concrètement depuis plusieurs semaines", ajoute Le Monde en citant un proche de la direction du groupe.

Un porte-parole de PSA, interrogé par Reuters, a répondu : "Une augmentation de capital n'est pas d'actualité car la sécurité financière du groupe, à 10,6 milliards d'euros à fin décembre, est à un niveau élevé et elle a été renforcée au premier trimestre par le succès d'émissions obligataires."

Interrogé dans la matinée sur un appel au marché, lors du lancement des négociations sur la compétitivité du groupe en France, le président du directoire de PSA Philippe Varin a répondu qu'il ne commentait pas les rumeurs.

Une réunion du conseil de surveillance est programmée pour les 4 et 5 juin, a indiqué à Reuters une source proche de ce conseil, en ajoutant qu'elle ignorait si la question d'une augmentation de capital y serait évoquée.

"AMBIGUË"

En Bourse, l'action PSA a réduit ses pertes après cette déclaration. Le titre, qui a touché un plus bas du jour à 6,99 euros dans la matinée, perd 1,8% à 7,224 euros à 13h15.

"La question de l'actualité réelle d'une augmentation de capital est toujours ambiguë", commente un analyste du secteur automobile sous couvert d'anonymat. "PSA n'a peut-être pas un besoin urgent d'argent frais, mais l'année 2013 s'annonce encore délicate et les cessions d'actifs et les économies envisagées risquent de ne pas suffire."

Le groupe, pénalisé par sa forte exposition au marché européen, a encore vu ses ventes baisser de 10,1% en avril sur un an en Europe alors que le marché rebondissait légèrement.

PSA ne prévoit pas de retour à l'équilibre financier avant la fin 2014 et devrait perdre encore chaque mois cette année une centaine de millions d'euros de free cash flow opérationnel, hors exceptionnels, après une hémorragie mensuelle de 200 millions en 2012.

En ouvrant les négociations sur la compétitivité, Philippe Varin a rappelé la situation difficile du groupe et insisté, après un plan social tumultueux, sur la nécessité d'associer désormais en amont les organisations syndicales. Il n'a pas fait état des concessions et des contreparties envisagées.

"Par sa présence, Philippe Varin a voulu marquer le coup et montrer qu'on prenait un tournant dans les échanges", a déclaré par téléphone Franck Don, représentant CFTC chez PSA.

Sur le modèle de l'accord de flexibilité conclu en mars chez Renault après six mois de discussions, PSA va rencontrer chaque semaine les syndicats jusqu'à la fin juillet. Les négociateurs se retrouveront en septembre et octobre, Philippe Varin espérant trouver un accord à l'automne prochain.

Avec Blaise Robinson et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • syjo le mercredi 29 mai 2013 à 09:49

    une société comme peugeot qui n'arrive pas à vivre par elle même ???Mais où sont les voleurs ??

  • M6111389 le mercredi 29 mai 2013 à 09:06

    COMME C'EST CURIEUX .... La société a trop souvent procédé au rachat d'actions depuis 10 ans mais le cours n'a jamais cessé de baisser.

  • M6111389 le mercredi 29 mai 2013 à 09:04

    COMME C'EST CURIEUX .... La société a trop souvent procéder aux rachats d'actions depuis 10 ans mais le cours na jamais cesser de baisser.

  • M6437502 le mercredi 29 mai 2013 à 08:54

    Une augmentation de capital n'est pas un drame en soi,mais il faut que l'équité soit respectée,ce qui est rarement le cas.D'autre part,les petits porteurs qui n'ont eu qu'un dividende en 5 ans et ^perdu une bonne partie de leur capital,ne sont pas prêts à payer pour engraisser des grévistes de la CGT.

  • goldora8 le mercredi 29 mai 2013 à 08:44

    On peut poursuivre auprès de l'AMF pour diffusion de rumeur ou fausse informations sur une société. Pas bien LaTribune.fr !! Mais on t il tord ? tôt ou tard, toute société fait appel au marché, c'est bien pour cela qu'ils sont cotés en bourse.