Une association recense "les bonnes idées des Français" sur la sécurité routière

le
0
Kzenon/shutterstock.com
Kzenon/shutterstock.com

(AFP) - "Éradiquer le contre-sens autoroutier par des herses anti-retour", "créer un feu stop à l'avant des véhicules", "interdire les vitres sur-teintées": l'association 40 millions d'automobilistes a recensé les "bonnes idées des Français" en matière de sécurité routière, dans un document qu'elle devait transmettre lundi aux pouvoirs publics.

Ces propositions ont été recueillies lors de l'opération "Raconte-moi la route de tes vacances", lancée en juin, durant laquelle les Français ont exposé leurs idées sur un site internet concçu à cet effet. Une équipe de l'association a également parcouru le pays pendant un mois pour rencontrer des automobilistes.

5.300 témoignages ont été collectés, dit 40 millions d'automobilistes dans un communiqué.

Les idées jugées les plus pertinentes ont été répertoriées dans un livret destiné "au président de la République, au Premier ministre, au délégué interministériel à la sécurité routière ainsi qu'aux parlementaires".

"L'objectif, c'est d'obtenir des propositions de loi", raconte Pierre Chasseray, le délégué général de l'association. Il estime que près de 2.000 vies pourraient être sauvées par an.

M. Chasseray cite en exemple "les herses anti-retour sur autoroute", qui permettraient selon ses estimations d'épargner 10 vies.

"Les écrans motos sur les glissières de sécurité, je crois que c'est capital", a-t-il ajouté, estimant que la mesure permettrait de sauver 42 vies. Ces écrans permettent d'éviter que les motards qui ont chuté s'encastrent dans les glissières adaptées aux seules automobiles.

"On a l'impression que dans le cadre du Conseil national de la sécurité routière (CNSR, chargé de faire des propositions au gouvernement), on ne parle que de politique répressive. Notre vision, c'est qu'on peut sauver des vies sans passer par le tout répressif", dit M. Chasseray.

Le document de 40 millions d'automobilistes, qui propose entre autres de systématiser le recours aux éthylotests anti-démarrage, de généraliser les systèmes d'intégration du téléphone au véhicule ou encore de procéder à des contrôles réguliers de la vue, ne comporte pas de mesure visant à réduire les vitesses autorisées.

Dans un rapport confidentiel révélé début octobre par l'AFP, le comité des experts du CNSR avait préconisé une baisse des vitesses de 90 à 80 km/h sur le réseau secondaire.

40 millions d'automobilistes, qui se présente comme le "premier représentant national des automobilistes" auprès des pouvoirs publics, dénonce régulièrement le tout-répressif dans la politique française de sécurité routière.

En 2012, 3.653 personnes ont perdu la vie sur les routes de France.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant