Une arme anti-bouchon pour les vacances de ski

le
0

Cinq stations de l'Isère s'engagent pour faciliter les séjours décalés à la montagne. Une offre large de courts séjours ou d'arrivées hors samedi permettent d'éviter les engorgements routiers des samedis de vacances scolaires.

Il y a sans doute des manières plus agréables pour démarrer ses vacances à la neige que de se retrouver englué dans 187 km de bouchons comme c'était le cas le 23 février de l'an dernier. C'est pour éviter ce genre de désagrément que des stations de l'Isère ont lancé l'an dernier l'opération «Skiez en décalé». Après avoir été testée sur trois sites, ce sont désormais cinq stations qui permettent d'opter très facilement pour de courts séjours ou des arrivées hors samedi: Chamrousse, les 2-Alpes, l'Alpe d'Huez ainsi que Villard de Lans et le Collet d'Allevard. Les offres sont accessibles pour tout type d'hébergement (chalet, maison, appartement, hôtel...) et aussi bien via Internet qu'en téléphonant aux centrales de réservation.

Concrètement, ces stations s'engagent à proposer au moins 2500 lits hors de la sacro-sainte semaine du samedi au samedi. En période scolaire, il s'agit de séjours de trois à quatre nuits du lundi au jeudi ou vendredi ainsi que des semaines complètes du dimanche au dimanche. Et hors vacances, la flexibilité est encore bien plus grande (courts séjours de deux à quatre nuits démarrant tous les jours, séjours à la carte...)

Succès pour les courts séjours

Pour l'instant, les grandes stations de Savoie et de Haute-Savoie ne semblent pas pressées de rejoindre le mouvement. Il faut dire que près de 80% des séjours se font encore du samedi au samedi. Il n'empêche: l'expérience de l'an passé semble concluante. Près de 1500 locations se sont faites par ce biais et les séjours décalés ont représenté 40% du total à l'Alpe d'Huez, par exemple. Isère tourisme relève que la formule a séduit l'an dernier une clientèle très majoritairement française (90%) dont plus du tiers est issu de la région Rhône-Alpes et 23% de la région parisienne. Par ailleurs, plus que les semaines entière décalées, ce sont les courts séjours qui sont plébiscités, représentant les deux tiers des ventes.

Du côté des propriétaires, l'opération semble satisfaisante. Elle complique l'organisation mais permet de toucher une nouvelle clientèle et pourrait à terme améliorer le taux d'occupation. D'ailleurs les promoteurs de cette formule ne se privent pas d'expliquer que la tendance des courts séjours à la montagne n'ira qu'en s'amplifiant, notamment pour les vacances de printemps. Mieux vaut donc, selon eux, figurer parmi les précurseurs.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant