Une arche pour recouvrir le sarcophage du réacteur nucléaire de Tchernobyl

le
0
Une arche pour recouvrir le sarcophage du réacteur nucléaire de Tchernobyl
Une arche pour recouvrir le sarcophage du réacteur nucléaire de Tchernobyl

Une arche construite par les géants français du BTP Vinci et Bouygues recouvre désormais le sarcophage entourant le réacteur nucléaire accidenté de Tchernobyl afin de le protéger des agressions climatiques et de confiner la radioactivité, pour un coût d'un milliard et demi d'euros.Conçue pour durer un siècle, cette arche métallique fabriquée en Italie repose sur deux poutres rectangulaires en béton qui lui servent de fondations et pèse 36.000 tonnes, soit trois fois et demi le poids de la Tour Eiffel.Elle mesure 108 mètres de haut, soit l'équivalent d'un immeuble de 30 étages, et 162 mètres de long, pour une portée de 257 mètres - elle pourrait couvrir le Stade de France.Cette arche vient recouvrir le sarcophage bâti à la va-vite, en six mois, par des ouvriers soviétiques connus sous le nom de "liquidateurs" après le pire accident nucléaire de l'Histoire, l'explosion du réacteur 4 de la centrale de Tchernobyl, le 26 avril 1986.En 4 ans, 600.000 "liquidateurs" ont été dépêchés sur les lieux de l'accident avec une faible protection, voire aucune - beaucoup en sont morts - pour éteindre l'incendie, isoler le réacteur détruit sous une chape de béton et nettoyer les alentours.L'arche a deux objectifs: "confiner les poussières radioactives et permettre le démantèlement futur du réacteur accidenté ainsi que le retraitement des 200 tonnes de magma hautement radioactif de l'ancien sarcophage" arrivé en fin de vie, et ainsi "mis sous cloche pour les 100 prochaines années", précise à l'AFP Nicolas Caille, directeur du projet.Elle dispose d'équipements et d'installations permettant les opérations futures de démantèlement du réacteur, dans des "conditions maximales de sécurité" tout en limitant "au maximum les interventions humaines", selon Novarka, la société commune entre Vinci et Bouygues qui a réalisé l'ouvrage.Le bardage, au brevet allemand, est conçu pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant