Une application mobile sénégalaise pour sensibiliser sur le sort des enfants mendiants

le
0
Une application mobile sénégalaise pour sensibiliser sur le sort des enfants mendiants
Une application mobile sénégalaise pour sensibiliser sur le sort des enfants mendiants

Comme des milliers d'autres enfants mendiants, Mamadou tente de survivre dans les rues de Dakar. Mais contrairement à ses compagnons d'infortune de chair et d'os, il est fait de pixels, héros d'une application mobile visant à sensibiliser sur leur sort.Par ce média emblématique de la modernité, un concepteur de logiciels sénégalais, Ousseynou Khadim Bèye, 32 ans, veut dénoncer la situation archaïque des "talibés" au Sénégal, des enfants, souvent de milieu rural, confiés à des "daaras", des écoles coraniques, et forcés à mendier dans les rues des grandes villes pour leur maître. Avec "Cross Dakar City", lancé l'année dernière et inspiré d'un jeu d'arcade à succès des années 1980, Ousseynou Khadim Bèye intègre le club très prisé des développeurs dont les applications sont disponibles à la fois en formats Apple et Android.Mais ce développeur installé à Lyon, en France, n'a pas choisi son sujet au hasard: revenant souvent dans son pays, il ne se fait toujours pas à la vision tristement banale des quelque 30.000 enfants quémandant dans la rue."Ils font partie du décor, cela n'émeut pas vraiment les gens", affirme le créateur à l'AFP, "ils pensent que c'est normal"."L'idée n'est pas de dire aux parents que leurs enfants ne doivent pas apprendre le Coran", explique-t-il, mais de leur montrer la réalité: "ils n'apprennent pas vraiment, ils mendient et donnent l'argent à l'école qui les exploite".Lors de la "Journée nationale du talibé", célébrée le 20 avril, la section sénégalaise de la Société internationale pour les droits de l'Homme (SIDH/Sénégal) s'est alarmée du sort des talibés dans ces écoles, qualifiées de "vivier pour les auteurs d'exploitation et d'abus sexuel sur les enfants".- Enchaînés aux pieds -En février, les autorités ont découvert 20 garçons, âgés de 6 à 14 ans, enchaînés aux pieds par leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant