Une ancienne gagnante raconte Roland-Garros sous l'Occupation

le , mis à jour le
0
Raymonde Veber a joué à Roland-Garros pendant l'Occupation.
Raymonde Veber a joué à Roland-Garros pendant l'Occupation.

Alors que le tournoi de tennis de Roland-Garros bat son plein porte d'Auteuil à Paris, Rob Weintraub, un journaliste américain, a rencontré Raymonde Veber Jones, une championne française de 97 ans victorieuse aux internationaux de France en 1944. Il raconte son histoire dans un long article publié sur le site américain SB Nation et repéré par Slate.

Née pendant la Grande Guerre dans une famille aisée de Neuilly-sur-Seine, Raymonde découvre le tennis à 12 ans sur les conseils de son médecin. Très vite, ses entraîneurs se rendent compte de son immense talent. Elle s'inscrit au chic Racing Club de France où elle apprend à jouer sur terre battue aux côtés d'Henri Cochet, un des "quatre mousquetaires" vainqueur de la Coupe Davis à six reprises dans les années 20-30, dont elle s'inspire pour son jeu.

Malgré le peu de soutien de ses parents, sa progression est fulgurante. Si bien qu'à la fin des années 30, dans une Europe troublée, la sportive compte parmi les meilleures joueuses françaises. Le tennis féminin ne rapportant pas à l'époque, Raymonde gère l'usine de pneus familiale. Le 10 mai 1940, la France est envahie par l'Allemagne. Sa soeur et sa mère fuient dans le Cantal, son frère prend le maquis pour combattre l'occupant.

Une tenniswoman résistante

La tenniswoman confie "haïr" l'envahisseur nazi. Résistante dans l'âme, elle porte sous ses vêtements un brassard portant la croix de Lorraine, symbole de la France libre,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant