Une affaire de famille

le
0

Lors du tirage au sort du dernier carré de la Ligue des champions, Thiago Alcántara était en direct sur Skype avec son frère Rafinha. Le premier joue au Bayern Munich. Le second au FC Barcelone. Ce soir, les deux pourraient jouer l'un contre l'autre dans un match européen, ce qui n'est pas si fréquent que ça.

En 1995, la famille De Boer squatte deux places de l'équipe titulaire de l'Ajax Amsterdam. Ronald et Frank vont soulever, ensemble, la plus belle Coupe d'Europe en battant l'AC Milan sur un but de Patrick Kluivert. Des jumeaux qui brandissent la Coupe dans la même équipe, c'est beau, mais ça ne met pas en péril l'équilibre des repas familiaux de fin d'année. Alors que ce soir, Thiago peut se faire briser le tibia par son frangin Rafinha sous les yeux du papa, Mazinho, ancienne gloire du Super Depor. Et ce n'est pas la première fois que deux frangins vont être amenés à se rentrer dans le lard sur la scène européenne.
Une tradition batave, déjà
En début d'année 1989, Malines et Eindhoven s'affrontent pour le compte de la Supercoupe d'Europe. À l'époque, cela se jouait en deux matchs. Au match aller, les Belges en collent trois dans le buffet des Bataves, qui n'arriveront pas à renverser la vapeur au retour une semaine plus tard (1-0). Dans chaque camp, un Koeman. Erwin joue en Belgique. Ronald au pays. Entre les deux blonds, une revanche familiale à prendre, puisque Ronald, le plus médiatique et le plus jeune des deux, reconnaissait facilement avant le match la rivalité fraternelle : "Quand je le battais à un jeu de société, j'étais toujours furieux, car il faisait montre de ne pas être déçu. Je ne supportais pas ça. Cela m'énervait passablement. " Au final, Ronald est resté dans les mémoires pour ses buts, ses patates de forain et son CV. Erwin, lui, est tombé aux oubliettes.


L'Argentine en finale
Comme les frères Alcántara, deux frangins se sont déjà affrontés pour une place en finale de Ligue des champions. Et pas n'importe où, puisque le match s'est déroulé au Nou Camp en 2010. Face au FC Barcelone de Guardiola, l'Inter Milan de José Mourinho débarque fort de sa victoire 3-1 à l'aller. À la pointe de l'attaque milanaise, Diego Milito. Face à lui, son frangin Gabriel. El Principe face au Marechal. Très tôt, les Milito étaient dans l'opposition. Gaby a porté le maillot d'Independiente pendant que son grand frère s'éclatait au Racing. Même s'ils porteront le maillot de Saragosse…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant