Une 2e semaine de manifestations anti-Trump s'ouvre aux Etats-Unis

le
0
    SAN FRANCISCO, 15 novembre (Reuters) - Les manifestations 
contre l'élection de Donald Trump à la Maison blanche sont 
entrées dans leur deuxième semaine lundi, et des milliers de 
lycéens et collégiens ont à nouveau fait l'école buissonnière 
sous le mot d'ordre "Pas mon président". 
    Les manifestations interviennent au lendemains de la 
nomination de l'ultraconservateur Stephen Bannon au poste de 
stratège en chef, ce qui fait craindre à certains une percée du 
mouvement nationaliste blanc dans les plus hauts cercles du 
pouvoir. 
    Quatre mille étudiants ont quitté les classes lundi à Los 
Angeles pour protester contre Donald Trump, selon les 
estimations des autorités scolaires de la ville. 
    A Seattle, 5.000 élèves issus de 20 lycées et collèges 
publics, sont descendus dans les rues selon le porte-parole des 
écoles locales, Luke Duecy. Cela représente 10% du total des 
élèves de cet âge dans la ville. 
    Toujours sur la côte ouest, Portland et la région de San 
Francisco ont vu défiler des centaines de jeunes, comme à l'est, 
le comté de Montgomery dans le Maryland, selon les autorités. 
    Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté de New 
York à Los Angeles après l'élection surprise de Donald Trump 
mardi. 
    Largement pacifiques, certaines des manifestations ont 
toutefois été émaillées d'incidents. A Oakland, en Californie, 
les manifestants ont jeté des projectiles sur la police et 
détruit des vitrines la semaine dernière. 
    A Portland, dans l'Oregon, plus d'une centaine de personnes 
ont été arrêtées au total, a annoncé lundi la police, après 
avoir essuyé des tirs de projectiles et fait usage de gaz 
lacrymogènes durant le week-end. 
    Après le signalement d'incidents racistes et xénophobes par 
des associations, Donald Trump s'est dit "très attristé" 
d'apprendre que certains de ses partisans s'étaient rendus 
coupables de violences à l'égard de minorités, dans sa première 
interview en tant que président élu sur CBS. 
    "Je dit 'Arrêtez.' Si ça peut aider", a-t-il déclaré. 
 
 (Curtis Skinner; Julie Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant