Un yen trop fort pousserait la BoJ à assouplir encore-sources

le
0
    par Leika Kihara 
    TOKYO, 4 octobre (Reuters) - La Banque du Japon est 
susceptible d'enfoncer encore davantage ses taux d'intérêt en 
territoire négatif pour contenir toute nouvelle poussée d'un yen 
déjà en forte hausse depuis le début de l'année, une évolution 
qui, au yeux de la banque centrale, est un obstacle à la hausse 
des prix à la consommation et à l'accélération de la croissance 
économique. 
    Selon des sources proches de la BoJ, la priorité numéro un 
de la banque centrale reste d'arriver à une inflation de 2% mais 
au vu du peu d'outils qui restent à sa disposition, une soudaine 
poussée du yen, plus qu'une inflation déprimée, pourrait être le 
facteur déclenchant de nouvelles mesures d'assouplissement. 
    "Si la hausse excessive du yen affecte l'économie, la BoJ 
n'hésitera pas à assouplir", a dit l'une des sources. 
    "Ce qui est important, c'est de maintenir l'élan permettant 
à l'économie d'atteindre l'objectif d'une inflation de 2%", a 
dit une autre source. 
    Si, vers 06h55 GMT, le dollar progressait de plus de 0,7% 
face au yen, à 102,35 yens, à la suite d'un indicateur 
macro-économique américain meilleur que prévu, la devise 
japonaise affiche une progression de près de 18% face au billet 
vert depuis le début de l'année. 
    L'atonie de la croissance japonaise contraste avec la bonne 
santé relative de l'économie américaine. Et la BoJ, tout comme 
d'ailleurs la Banque centrale européenne (BCE), est plutôt dans 
une logique de poursuite de l'assouplissement monétaire alors 
que la Réserve fédérale s'apprête, de l'avis des économistes, à 
bientôt redonner un tour de vis. 
    Malgré cela, les investisseurs continuent de plébisciter le 
yen, vu comme une des principales valeurs refuge par temps 
d'incertitudes étant donné la capacité du Japon, dont les 
comptes courants sont largement excédentaires, à rembourser ses 
dettes. 
    Pendant plus de trois ans, la Banque du Japon a eu recours à 
un programme d'assouplissement quantitatif de grande ampleur 
pour soutenir l'activité et contenir le yen. 
    Cela avait permis une baisse de près de 40% de la devise 
japonaise sur les 36 mois à fin juillet 2015. La remontée du yen 
depuis, qui pèse sur les exportations et les bénéfices des 
entreprises, a illustré les limites de cette politique. 
    La BoJ a annoncé en septembre l'adoption d'un objectif de 
taux à long terme, bouleversant ainsi le cadre de sa politique 
monétaire pour mettre l'accent davantage sur les taux d'intérêt 
que sur les rachats d'actifs, tout en réaffirmant son ambition 
d'atteindre le plus vite possible une inflation à 2%. 
  
    A la fin du mois dernier, des données ont montré que les 
prix à la consommation au Japon avaient reculé en août pour le 
sixième mois consécutif, un autre élément contrariant pour la 
BoJ.   
    La faiblesse de la consommation des ménages et la baisse du 
coût des produits importés du fait de la vigueur du yen rendent 
à se stade hors de portée l'objectif d'une hausse de 2% des prix 
à la consommation.     
 
 (Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par 
Patrick Vignal) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant