Un vrai risque de scission au sein de l'Union 

le
0
L'avertissement de Moody's rappelle que la France est, parmi les pays de la zone euro noté d'un «triple A», le plus fragile. La dégradatin de sa note affaiblirait l'ensemble de la zone euro.

C'était un secret de Polichinelle. Des six pays de la zone euro bénéficiant actuellement de la note «triple A» (Allemagne, Autriche, Finlande, France, Luxembourg et Pays-Bas), chacun savait que l'Hexagone était le plus fragile. Et pour deux raisons majeures, aussi visibles l'une et l'au­tre que le nez au milieu du visage.

Tout d'abord notre pays est le seul du «club des six» à ne pas équilibrer ses comptes publics, quand on fait abstraction de la charge de la dette (le paiement des intérêts annuels à nos créanciers). La France continue d'afficher «un déficit primaire», selon l'expression appropriée. Cela montre que le travail d'assainissement est très loin d'être achevé. On notera, par exemple, que l'Italie se trouve aujourd'hui en situation d'«excédent primaire», même si la péninsule reste plombée par un niveau de dette largement supérieur, rançon d'un passé de mauvaise gestion budgétaire encore plus ancien que le nôtre.

Second handicap, et qui nous d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant