Un vote sur la destitution de la présidente sud-coréenne le 9/12

le
0
    SEOUL, 2 décembre (Reuters) - Les partis d'opposition en 
Corée du Sud se sont entendus vendredi pour présenter une motion 
de destitution de la présidente Park Geun-hye et de soumettre le 
texte au vote du Parlement le 9 décembre, a annoncé un 
porte-parole de la principale formation d'opposition, le Parti 
démocratique. 
    Park Geun-hye est impliquée dans un scandale de trafic 
d'influence qui s'est développé autour d'une de ses proches 
amies, Choi Soon-sil, et dont les ramifications s'étendent 
jusqu'aux grands conglomérats sud-coréens, les "chaebols". 
    Les trois partis d'opposition, qui contrôlent au total 165 
des 300 sièges de députés, auront besoin des voix de 
parlementaires du parti Saenuri, la formation de la présidente, 
pour atteindre la majorité des deux tiers nécessaire à 
l'adoption de la motion de destitution. 
    Si le texte était adopté, Park serait immédiatement 
suspendue de ses fonctions tandis que la Cour constitutionnelle 
disposerait d'un délai de six mois pour valider ou non 
l'initiative parlementaire. 
    Si la présidente devait être destituée, une nouvelle 
élection présidentielle aurait lieu dans les 60 jours pour 
désigner celui ou celle qui irait au terme du mandat en cours. 
 
 (Jack Kim et Ju-min Park; Eric Faye, Henri-Pierre André et 
Bertrand Boucey pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant