Un verre de vin, monsieur le président ?

le
0
Un verre de vin, monsieur le président ?
Un verre de vin, monsieur le président ?

« Il faut faire attention avec le vin, car c'est le seul produit auquel les hommes ont donné un dieu, Bacchus. » Au début des années 1980, Michel Rocard, alors ministre de l'Agriculture, mettait ses conseillers en garde en s'apprêtant à redresser les vins du Languedoc. Trente ans plus tard, c'est comme si François Hollande avait entendu le message en se rendant aujourd'hui à Vinexpo à la rencontre des professionnels de la filière à Bordeaux (Gironde). Une première depuis sa création en 1981.

Entre présidents et vin, les relations ont pourtant rarement coulé comme un grand cru. « S'ils pouvaient avoir un avis sur les menus, jamais je ne les ai vus intervenir dans le choix d'une bouteille », explique Bernard Vaussion, quarante ans dans les cuisines de l'Elysée, depuis Georges Pompidou. Si François Mitterrand avait un penchant pour le château haut-marbuzet, un médoc, ou le sancerre rouge de sa circonscription de Château-Chinon, ce petit-fils de producteur de cognac n'était pas un amateur. « Mon père buvait très peu », confia un jour Jean-Christophe Mitterrand. « Ce n'était pas un spécialiste », confirme Jean Glavany, ex-chef de cabinet.

En 1995, quand les Chirac s'installent au Château, ils tombent des nues : dans les sous-sols, les bouteilles gisent au milieu des produits d'entretien, des balais, des paillassons. Rien n'est rangé ni référencé. « Un calvaire, il a fallu tout reconstituer », reconnaît Laurent Bretcha, le sommelier qui reçoit alors la consigne de monter une cave digne de la République. C'est Bernadette Chirac qui commande. Car son époux, lui, préfère la bière qui, dit-il, « a l'avantage de désaltérer ». « Les primeurs comme le brouilly de novembre, c'était quand même son péché mignon, nuance l'ex-sommelier de l'Elysée. Mais ce n'était pas un connaisseur. »

Au point que Jacques Chirac reçoit des petites fiches de son sommelier sur les grands crus servis les soirs de dîner ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant