Un Ukrainien pourrait diriger les rebelles à la place d'un Russe

le
0

(Actualisé avec précisions) MOSCOU, 7 août (Reuters) - Un natif de l'est de l'Ukraine pourrait remplacer un Russe à la tête des séparatistes pro-russes, apprend-on jeudi de sources proches de la question, une mesure visant à montrer à l'Occident que la rébellion n'est pas dirigée par Moscou. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont imposé des sanctions importantes contre la Russie qu'ils accusent d'armer les rebelles ukrainiens et d'alimenter la guerre dans l'est de l'ex-république soviétique. Moscou dément et a imposé ses propres sanctions en représailles. Les ressortissants russes occupent les positions les plus élevées à la tête des organisations mises sur pied par les séparatistes ukrainiens avec notamment Alexandre Borodaï qui a pris la tête de la République populaire de Donetsk (autoproclamée). Mais Borodaï, dit-on, pourrait être bientôt remplacé par un natif de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, qui dirige une unité rebelle bien armée du nom d'Oplot. "Il est nommé pour renforcer la branche militaire", explique-t-on. Zakhartchenko, qui approche de la quarantaine, a été l'un des premiers séparatistes à occuper le bâtiment de l'administration régionale à Donetsk lors de sa prise en mars par les pro-russes après l'éviction du président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch. Andreï Pourgine, un des dirigeants de la République populaire de Donetsk, a précisé que les changements en cours de discussion n'avaient pas encore été officiellement entérinés. Un des conseillers de Zakhartchenko a déclaré : "il y a plus de probabilités que cela se produise plutôt que cela n'arrive pas". (Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant