Un tweet piraté de l'agence AP fait plonger Wall Street

le
0
Un tweet piraté de l'agence AP fait plonger Wall Street
Un tweet piraté de l'agence AP fait plonger Wall Street
A Wall Street, un faux tweet a entraîné une plongée abyssale avant de retrouver rapidement son niveau initial. Ce tweet prétendument posté par l'agence de presse Associated Press (AP) annonçait que des explosions s'étaient produites ce mardi à la Maison Blanche et que le président Barack Obama avait été blessé. Un message «faux», a fait savoir quelques minutes plus tard AP sur son compte Twitter. Le compte a en effet été piraté avant d'être désactivé. A 19h30, on pouvait lire : «Désolé, le compte de cet utilisateur a été suspendu».

Le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney a déclaré à la presse peu après l'incident que le président Barack Obama se portait bien, sans donner davantage d'explications.

Associated Press compte plus de 4 000 employés dont 3 000 journalistes à travers le monde. Elle a 145 bureaux aux États-Unis et 95 dans 72 autres pays. Le compte Twitter par lequel la fausse nouvelle a été diffusé enregistre1,9 million d'abonnés... d'où le vent de panique à la Bourse de New York. Selon le «Wall Street Journal», le Dow Jones a perdu 145 points en deux minutes :

The Dow dropped 145 points between 1:08 p.m. ET and 1:10 p.m., following a false AP tweet. on.wsj.com/10buJGK? Wall Street Journal (@WSJ) 23 avril 2013

Le piratage a été revendiqué sur le même réseau social par la Syrian Electronic Army («Armée électronique syrienne», SEA), qui a déjà piraté plusieurs comptes de médias internationaux, dont l'Agence France-Presse (AFP) en février. Ce mouvement, qui affirme soutenir le régime syrien de Bachar al-Assad avait publié plusieurs photos et documents sur le compte, avant que ce dernier ne soit suspendu.

Ces militants avaient également revendiqué le piratage des comptes de Sky News Arabia and Al-Jazeera Mobile. Samedi dernier, les comptes Twitter de deux programmes phares de la chaîne de télévision américaine CBS avaient également été la proie de...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant