Un troisième jour pour inciter les Égyptiens à aller voter

le
0
LA PRÉSIDENTIELLE ÉGYPTIENNE PROLONGÉE D'UNE JOURNÉE
LA PRÉSIDENTIELLE ÉGYPTIENNE PROLONGÉE D'UNE JOURNÉE

par Maggie Fick et Stephen Kalin

LE CAIRE (Reuters) - Au deuxième jour d'une élection présidentielle égyptienne sans suspense pour laquelle le maréchal Abdel Fattah al Sissi est donné grand favori, le gouvernement a battu le rappel des abstentionnistes mardi face à un taux de participation plus bas que prévu en prolongeant le scrutin d'une journée.

Avant cette annonce, les autorités avaient déjà annoncé que les bureaux de vote, qui semblaient parfois déserts dans certains quartiers, resteraient ouverts une heure de plus que prévu ce mardi soir, jusqu'à 22h00 (19h00 GMT).

La prolongation permettra "au plus grand nombre possible" d'électeurs de se rendre aux urnes, indiquent les médias d'Etat, notamment les Égyptiens qui ne sont pas chez eux.

Avec pour seul rival le candidat de gauche Hamdine Sabahi, arrivé troisième à la présidentielle en 2012, Abdel Fattah al Sissi a besoin d'un taux de participation record pour montrer qu'il a le soutien de la population après son coup d'Etat du 3 juillet dernier contre le premier président démocratiquement élu de l'Histoire égyptienne, l'islamiste Mohamed Morsi.

Durant la campagne, l'ancien chef de l'armée avait d'ailleurs demandé aux électeurs égyptiens une mobilisation massive.

Dans la journée, les pouvoirs publics n'ont pas ménagé leur peine pour inciter les Égyptiens à se rendre aux urnes. Le ministère de la Justice a fait savoir que ceux qui n'iraient pas voter se verraient infliger une amende. Un célèbre présentateur de télévision a qualifié de "traîtres" les abstentionnistes.

Ne pas voter, a pour sa part dit la mosquée d'Al Azhar, plus haute autorité islamique du pays sous le contrôle de l'Etat, revient à "désobéir au pays", a rapporté la télévision. Le primat de l'église copte, Théodore II d'Alexandrie, est lui aussi apparu à la télévision pour exhorter ses ouailles à se rendre aux urnes.

BOYCOTT DES FRÈRES MUSULMANS

Lundi soir, le responsable d'un bureau situé dans un quartier populaire du Caire avait déclaré à Reuters que moins de 30% des inscrits avaient voté.

A Alexandrie, le grand port de la Méditerranée, une dirigeante des Frères musulmans, la quarantaine, se déclarait ravie de voir les Égyptiens bouder les urnes. "Ce boycott nous laisse espérer que Sissi ne sera pas un vrai président capable de gouverner", dit-elle en refusant de donner son nom de crainte d'être arrêtée.

Les Frères musulmans, classés depuis décembre comme organisation terroriste et cibles d'une répression implacable depuis la destitution de Morsi, ont appelé à boycotter le scrutin.

Sissi est toutefois soutenu par de nombreux Égyptiens, mais certains disent qu'ils ne se déplaceront pas pour lui donner leur voix.

"J'allais voter Sissi parce qu'il sera président de toutes façons et parce que je le remercie d'avoir évincé les Frères du pouvoir. Mais finalement, je n'irai pas parce que j'ai le sentiment que les gens ne sont pas contents du chaos des dernier mois et ne sont pas aussi pro-Sissi que je le pensais", commente Hani Ali, 7 ans, qui travaille dans le secteur privé.

L'élection est le septième vote en Egypte depuis la "révolution du Nil" de janvier-février 2011 qui a mis fin au règne de Moubarak. Mais, trois ans plus tard, beaucoup d'Égyptiens estiment que la stabilité passe avant les réformes démocratiques.

"Je vote pour Sissi parce que nous devons nous débarrasser des Frères musulmans (...). Il va améliorer la sécurité et l'économie", déclare Adnan al Guindi, dentiste de 54 ans, dans une file d'attente du quartier de Zamalek au Caire.

L'élection est surveillée par des observateurs de l'Union européenne et d'une organisation financée par les Etats-Unis, Democracy International. Plus de 400.000 membres des forces de sécurité ont été déployés dans le pays pour protéger les bureaux de vote.

(Mathilde Gardin et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Henri-Pierre andré.)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant