Un triplé de Pléa offre la victoire à Nice

le
0

Dominateur, mais inconstant, l'OGC Nice a pu compter sur Alassane Pléa pour s'offrir la victoire contre de courageux messins.

FC Metz 2-4 OGC Nice

Buts : G.Mandjeck (26e) et H.Diallo (69e) pour Metz // A.Pléa (12e, 38e sp, 84e) et W.Cyprien (90e+2) pour Nice

En quelques minutes, Alassane Pléa a fait preuve d'un caractère propre au grand buteur. Alors que son équipe vient de laisser Metz revenir au score, l'attaquant foire son un-contre-un contre Didillon. En réussite jusqu'ici, on se dit que le Niçois a laissé passer sa chance de faire oublier Balotelli. Mais c'était sans compter sur son abnégation, et disons-le, son talent. Loin de se décourager, le joueur forme à Lyon continue de prendre la profondeur en attendant une offrande des siens. Cette dernière finit par arriver et ce coup-ci, il ne l'a pas gâché. Un troisième but qui permet à Pléa d'asseoir son empreinte sur un Gym leader comme jamais.

Nice en impose


Pour les Messins, Saint-Symphorien est devenu synonyme de cauchemar. Sulfaté lors de ses dernières sorties à domicile contre Bordeaux (0-3) et Monaco (0-7), le FC Metz espère mettre un terme à cette dramatique série. En face, les Niçois, même privés de la gâchette Balotelli, espèrent trouer l'enceinte mosellane de quelques buts. Comme à son habitude contre les petites formations, le Gym fait tourner le ballon en début de match. Peu pressés, Belhanda et Séri s'intercalent à merveille entre les lignes adverses. Bien servi par Dante, l'Ivoirien adresse un subtil extérieur du droit dans la profondeur pour Pléa. L'attaquant ne panique pas et trompe Didillon (12e). Dans la foulée, Cyprien est proche de mettre K.O les Grenats, mais l'équerre stoppe son énorme frappe (14e).

Nice poursuit sa domination, fort d'un milieu de terrain impressionnant de maîtrise. Pour autant, le score n'évolue pas. Une aubaine pour les hommes de Philippe Hinschberger. Après une belle accélération, Mandjeck sert Erding. Le Turc envoie un plat du pied tout mou que Cardinale arrête difficilement. Le cuir revient dans les pieds de Mandjeck qui ne se prive pas de scorer (26e). Coupable, le portier niçois peut s'en vouloir. Loin de s'inquiéter, les visiteurs repartent de l'avant. Belhanda, irrésistible dans ce premier acte, se joue de Rivierez…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant