Un trésor marin de l'époque romaine découvert en Israël

le , mis à jour à 14:21
0
Un trésor marin de l'époque romaine découvert en Israël
Un trésor marin de l'époque romaine découvert en Israël

La magnifique découverte s'est faite par hasard, en faisant de la plongée. Un ensemble de figurines, des pièces de monnaies et d'objets de marine vieux d'environ 1 600 ans ont été trouvés dans le port antique de Césarée, en Israël. Ran Feinstein et Ofer Raanan ont fortuitement découvert des objets de bronze en avril, a indiqué lundi l'Autorité des antiquités israélienne.

D'autres plongées ont permis de remonter de nombreux objets de la période romaine tardive, vestiges de la cargaison d'un navire marchand transportant apparemment du métal destiné au recyclage. Une lampe de bronze à l'image du dieu du soleil Sol, une figurine de Luna la déesse de la Lune, une lampe à l'effigie d'un esclave africain, des fragments de statues de bronze, un robinet en forme de sanglier, des ancres et différents objets de navigation ainsi que deux singuliers agglomérats de milliers de pièces de monnaie antiques pesant 20 kilos ont été retrouvés dans le port méditerranéen.

Ces pièces sont à l'image de l'empereur Constantin, qui régna d'abord sur la partie occidentale puis sur tout l'empire romain jusqu'à sa mort en 337, et de Licinius, son rival qui régna sur la partie orientale et fut défait en 324. Agglomérées les unes aux autres, les pièces avaient pris la forme de la poterie qui les renfermait.

Selon Jacob Sharvit, directeur de l'unité marine de l'Autorité des antiquités, le navire a apparemment été pris dans une tempête à l'entrée du port. Il a dérivé jusqu'à s'écraser contre les rochers et la digue, après avoir tenté de jeter ses ancres qui se sont brisées sous la force des vagues et du vent.

« Les découvertes de statues de métal sont rares »

« On n'a pas trouvé d'ensemble de marine comme celui-là en Israël depuis 30 ans », ont dit Jacob Sharvit et son adjoint Dror Planer, cités dans un communiqué. « Les découvertes de statues de métal sont rares parce que, dans l'Antiquité, on les faisait fondre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant